logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/501995/commande-publique-un-leger-rebond-des-investissements/

FINANCES LOCALES
Commande publique : un léger rebond des investissements ?
Pierre Cheminade | A la Une finances | Actualité Club finances | Publié le 25/04/2017

Le baromètre de la commande publique, établi conjointement par l’ADCF et la Caisse des dépôts, indique un regain d’activité au premier trimestre 2017 par rapport aux deux trimestres précédents. Pour autant ce potentiel rebond reste encore à consolider puisque la comparaison avec le premier trimestre 2016 fait, à l'inverse, état d'une baisse !

Ralentisseur temporaire dans zone de travauxC’est l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein qui montre, une nouvelle fois, que les chiffres doivent être maniés avec une infinie précaution. Le baromètre établi conjointement par l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et la Caisse des dépôts [1] mesure les achats publics effectués aussi bien en fonctionnement qu’en investissement et provenant de l’Etat, des collectivités territoriales, de leurs groupements et EPL, mais aussi des hôpitaux, des bailleurs sociaux et des grands opérateurs publics tels que la SNCF ou la RATP. Cet indicateur enregistre sur les trois premiers mois de 2017 une hausse de 4,4 % par rapport aux deux derniers trimestres de l’année 2016. Une évolution qui est de +1,4 % pour le seul secteur public local.

« Un frémissement est perceptible »

« Un frémissement est perceptible. Les bailleurs sociaux voient notamment leur commande publique progresser, ce qui est cohérent avec les ouvertures de programmes […] L’effet de reprise apparent entre le dernier trimestre de 2016 et le premier de 2017 concerne plus particulièrement les travaux de renouvellement. Les travaux neufs ne connaissent qu’une progression très faible », observe l’ADCF.

Pour autant, si l’on compare cette tendance sur un an, le verdict est tout autre. Ainsi le niveau de commande publique enregistré au premier trimestre 2017 demeure inférieur de 4,3 % à celui du T1 2016, soit un recul de l’ordre de 800 millions d’euros. Les situations sont cependant contrastées, selon l’ADCF :

Quelques acteurs connaissent des progressions, comme les communes et les bailleurs sociaux, mais qui ne compensent pas les baisses de commande d’autres acheteurs publics. Les réorganisations administratives de début d’année au sein des intercommunalités n’ont sans doute pas été très propices aux politiques d’achat et d’investissement de ces acteurs majeurs (1,857 milliard d’euros contre 2,114 milliards d’euros au T1 de 2016). Dans les communautés, la réinstallation des exécutifs a nécessairement différé certaines décisions. On constate également, du côté des conseils départementaux, une poursuite de la baisse de leurs achats (-350 millions d’euros).

Toutefois, le premier trimestre 2016 avait été marqué par un niveau d’activité assez élevé en raison de l’anticipation des changements de règles de la commande publique le 1er avril 2016 [2].

Pour rappel, l’an dernier, la commande publique avait globalement chuté de 5,8 % sur un an, soit -4,47 milliards d’euros pour retomber à un total de 72,2 milliards d’euros, dont 38,6 milliards d’euros pour les collectivités locales.

 

POUR ALLER PLUS LOIN