Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Petite enfance

Pas de pressions financières pour appliquer le décret du 7 juin 2010

Publié le 02/12/2010 • Par Michèle Foin • dans : France

Le décret du 7 juin 2010 assouplissant les règles de fonctionnement des établissements d'accueil de la petite enfance n'aura pas d'incidence sur la prestation de service unique (PSU), ni sur les contrats enfance jeunesse (CEJ).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’atelier que le Congrès des maires a consacré à la petite enfance, le 25 novembre 2010, a contribué à rassurer les élus sur un point majeur : les communes ne seront pas contraintes d’appliquer les nouvelles normes du décret du 7 juin 2010, assouplissant les règles de fonctionnement des établissements d’accueil de la petite enfance.

Un état de fait
« Il n’est pas question de modifier la prestation de service unique (PSU), ni les contrats enfance jeunesse (CEJ) suite au décret», a confirmé à la tribune Sylvie Le Chevillier, responsable du département enfance et parentalité à la CNAF.
« Les règles d’assouplissement introduites par le décret correspondent à un état de fait, a-t-elle expliqué.
Les structures qui utilisaient une dérogation pour accueillir plus d’enfants n’en ont aujourd’hui plus besoin».

Accueil au pied levé des enfants de familles défavorisées
Faisant écho à Sylvie Le Chevillier, Catherine Seguy, élue en charge de la petite enfance à Montauban, a confirmé que ces nouvelles normes lui avait permis d’instaurer des places d’urgence, avec à la clé un accueil au pied levé des enfants de familles défavorisées ayant trouvé un travail.
De fait, ces assouplissements qui autorisent les établissements à accueillir de façon temporaire 10%, 15% ou 20% d’enfants en plus selon leur taille ou à réduire de 50% à 40% la proportion de personnel qualifié, n’ont soulevé aucune protestation dans la salle, contrairement à la question des jardins d’éveil.

Références

Décret du 7 juin 2010

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pas de pressions financières pour appliquer le décret du 7 juin 2010

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement