logo
DOSSIER : Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/499938/instaurer-un-revenu-universel-une-necessite/

ELECTION PRÉSIDENTIELLE 2017
Présidentielle : faut-il instaurer un revenu universel ?
Isabelle Raynaud | France | Publié le 14/04/2017 | Mis à jour le 12/04/2017

Les questions qui fâchent 6/10 : la Gazette fait le tour des questions qui font débat dans la campagne et concernent la fonction publique territoriale. Aujourd'hui, la question du revenu universel. La proposition du candidat socialiste a obligé la plupart des candidats à se positionner sur une réforme des minima sociaux. Avec des réponses très contrastées.

Revenu de baseDistribuée à tous les citoyens sans condition de ressources, l’allocation automatique a bouleversé le début de campagne. La proposition de mettre en place un revenu universel d’existence a grandement participé de la victoire de Benoît Hamon lors de la primaire socialiste. Mais, depuis, le candidat semble avoir rétropédalé. La question du financement de la mesure y est pour beaucoup.

En décembre, l’Observatoire français des conjonctures économiques a tenté de mesurer l’impact financier pour la France. « Afin de ne pas dégrader la situation des actuels bénéficiaires », il faudrait verser, chaque mois, au minimum, 785 euros par adulte, 1 100 euros pour ceux de plus de 65 ans ainsi que les personnes en situation de handicap, et 315 euros pour les moins de 18 ans. Soit « des dépenses supplémentaires de l’ordre de 480 milliards, c’est-à-dire 22 points de produit intérieur brut ou 35 points de contribution sociale généralisée [CSG] » écrivent les auteurs du rapport.

Fusion des minima

Il n’en reste pas moins qu’une réforme est nécessaire. Pour les 4 millions de bénéficiaires et les administrations gestionnaires, les minima sociaux, au nombre de dix aujourd’hui, ont besoin d’être modernisés. Faisant suite au rapport du député PS Christophe Sirugue (devenu depuis secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie), publié en avril 2016, l’idée d’une fusion d’allocations a été intégrée au programme de François Fillon, qui veut réduire leur nombre à deux.

Mais la plupart des candidats a laissé la question de côté. Marine Le Pen annonce une hausse du minimum vieillesse et de l’allocation aux adultes handicapés, quand les candidats d’extrême gauche refusent que les minima sociaux soient inférieurs au seuil de pauvreté et prévoient donc de tous les réévalué. Mais aucun de ces candidats n’explique précisément où il trouvera les fonds nécessaires aux augmentations.