Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre la pauvreté

L’allocation sociale unique est un échec au Royaume-Uni

Publié le 10/12/2018 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

jeune désarroi détresse pauvreté
Biryukov Pavel
L’Universal Credit n’a pas fait ses preuves en matière de retour à l’emploi. Sa mise en œuvre coûte cher à l’État et se fait au détriment de 3,2 millions de foyers, couples sans enfant, parents isolés, jeunes et sans-abri notamment.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est en s’appuyant sur un travail qui « paie » mieux que les aides sociales et le numérique qu’en 2012 la réforme de la protection sociale par ­l’Universal Credit (UC) a été entreprise au Royaume-Uni « pour lutter contre la pauvreté ». Nous allons « sortir les personnes de la pauvreté en les mettant au travail », affirmait encore récemment James Bolton, chargé du déploiement au ministère britannique du Travail.

Les démarches en ligne doivent en outre diminuer le non-recours, très élevé Outre-manche où, par exemple, la moitié des personnes éligibles passe à côté de l’allocation-chômage.

Allocation différentielle

Le crédit universel fusionne six allocations (chômage, crédits d’impôt pour retour à l’emploi et pour charge de famille, logement, invalidité et prestation aux personnes dispensées de recherche d’emploi) en une prestation sociale unique.

Son montant dépend de la composition et des ressources du foyer (< 18 300 euros/an). Il est différentiel selon un barème de cumul entre prestation et salaire d’activité : les ménages à faibles revenus le voient réduit – et non plus supprimé – au-delà de 16 heures de travail hebdomadaire.

Son versement est conditionné à la recherche active d’emploi, dont le contrôle s’est durci. Des démarches insuffisantes ou le refus d’un stage ou d’une offre d’emploi raisonnable sont sanctionnés par la suspension de l’UC, y compris la partie logement.

Dans un document d’études de la Dares, Pauline Gonthier note « un effet positif sur le retour à l’emploi, mais de façon temporaire ». Alors que 39 % des travailleurs pauvres travaillent déjà à plein temps, James Bolton avance « 4 % de chances supplémentaires d’avoir un travail ».

Problèmes administratifs

Un rapport du 11 juin 2018 de la Cour des comptes britannique (National Audit Office, NAO) estime ne pas pouvoir « juger de la rentabilité actuelle du programme » en raison des problèmes administratifs et informatiques qui freinent sa mise en œuvre. Joshua Reddaway, directeur, note que « son rapport qualité-prix futur n’est pas prouvé ».

Les économies sur le budget de la sécurité sociale seront de 1,14 milliard d’euros/an, soit 2 % de la dépense antérieure, selon l’Office for Budget Responsibility.

Favorable aux actifs, la réforme entraîne d’importants transferts entre ménages : les couples sans enfant, les parents isolés, les jeunes et les sans-abri comptent parmi les 3,2 millions de perdants. Elle ne profitera finalement qu’à 2,2 millions de foyers contre 3,1 millions prévus.

La NAO pointe les effets négatifs pour une « minorité significative » en situation d’illectronisme, les délais de premier paiement (jusqu’à cinq mois) et le manque de réaction du ministère face aux réclamations, à un point tel qu’elle recommande « de faire une pause » avant d’étendre l’UC aux quelque sept millions de personnes qu’il reste à basculer des anciennes prestations vers ce nouveau régime.

Ruth Owen, coordonnatrice des politiques, European Federation of National Organisations Working with the Homeless (FEANTSA)

« L’Universal Credit n’est un bon exemple ni dans sa conception ni dans sa mise en œuvre »

La dématérialisation et les problèmes administratifs exposent les plus pauvres à un risque accru de faim, de dettes, d’arriérés, de problèmes de santé et de logement. Les banques alimentaires indiquent une augmentation de 52 % des demandes d’aide au cours des douze mois suivant la date de déploiement complet de l’UC dans leur région. Les jeunes sont touchés de manière disproportionnée. Leur allocation logement est limitée au coût d’une chambre individuelle. Dans un sondage récent auprès d’associations et collectivités travaillant avec les jeunes sans domicile, plus de neuf répondants sur dix ont déclaré que les retards de paiement au titre du crédit universel avaient un impact sur la capacité des jeunes à accéder à un logement et à s’y maintenir. L’Universal Credit n’est un bon exemple de réforme structurelle du système de sécurité sociale en Europe, ni au niveau de sa conception ni dans sa mise en œuvre.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’allocation sociale unique est un échec au Royaume-Uni

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement