logo
DOSSIER : Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/499257/presidentielle-doit-on-abroger-la-reforme-territoriale/

ELECTION PRÉSIDENTIELLE 2017
Présidentielle : doit-on abroger la réforme territoriale ?
Jean-Baptiste Forray | France | Publié le 18/04/2017 | Mis à jour le 12/04/2017

Les questions qui fâchent 7/10 : la Gazette fait le tour des questions qui font débat dans la campagne et concernent la fonction publique territoriale. Aujourd'hui, la décentralisation. Tandis que François Fillon et Benoît Hamon plaident pour le statu quo, Emmanuel Macron veut aller plus loin et supprimer le département sur le territoire des métropoles. A l’exact opposé, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon entendent faire un sort à la loi NOTRe.

decentralisation-infographie-img-dossierGrande œuvre du quinquennat hollandien, la réforme territoriale ne fait pas, doux euphémisme, l’unanimité. D’un côté, les postulants passés ces dernières années par des fonctions gouvernementales font leur les lois NOTRe, MAPTAM et portant redécoupage des régions. Benoît Hamon, tout comme Emmanuel Macron et François Fillon prônent une pause institutionnelle. Tous trois se veulent peu ou prou girondins et décentralisateurs. Seule originalité dans ce trio, Emmanuel Macron plaide pour la fusion-absorption des départements par les métropoles.

Deux France face à face

Une perspective que Benoît Hamon récuse. Un temps acquis à la suppression de 30 000 communes de plein exercice, François Fillon n’a, lui, plus qu’un seul mot d’ordre en ce domaine : « Ne touchons à rien pendant cinq ans. »

En face de ces trois candidats, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon défendent le triptyque jacobin commune, département, Etat. A des degrés divers. Jean-Luc Mélenchon souhaite le maintien des intercommunalités et des régions, contrairement à Marine Le Pen. Nicolas Dupont-Aignan se situe au milieu du gué. Chantre de la ruralité, le député-maire de Lourdios-Ichère Jean Lassalle fait aussi de l’abrogation de la loi NOTRe l’un de ses chevaux de bataille. Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade et Philippe Poutou ne sont guère plus tendre avec le nouvel édifice territorial. Un clivage qui recoupe en tout point celui sur la question européenne.

C’est, au final, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen que la fracture apparaît la plus forte. D’un côté, Emmanuel Macron se fait le porte-voix de des grands groupements urbains, poumons du développement national. De l’autre, Marine Le Pen a les yeux de Chimène pour les villes petites et moyennes, pôles d’équilibres de l’aménagement du pays. Deux France se font face, comme jamais. Un clash territorial qui recoupe, à bien des égards, des antagonismes de classes.

POUR ALLER PLUS LOIN