logo
DOSSIER : Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/499112/presidentielle-doit-on-aller-vers-une-laicite-de-combat/

ELECTION PRÉSIDENTIELLE
Présidentielle : doit-on aller vers une laïcité de combat ?
Brigitte Menguy | Actu juridique | France | Publié le 13/04/2017 | Mis à jour le 10/04/2017

Les questions qui fâchent 4/10 : la Gazette fait le tour des questions qui font débat dans la campagne et concernent la fonction publique territoriale. Aujourd'hui, la laïcité qui reste en filigrane des programmes et des débats entre les différents candidats. Pour autant, entre les lignes, la laïcité de combat semble avoir ses défenseurs mais aussi ses détracteurs.

630 LAICITE CC0

Dans une interview accordée aux Echos [1] peu de temps après les attentats de Nice de l’été dernier, le philosophe Marcel Gauchet affirmait que « la France allait revenir à une laïcité de combat ». Sous ce qualificatif, si le philosophe refusait le combat interreligieux, il expliquait que la France devait « faire pression sur l’islam pour l’obliger à se déterminer par rapport aux principes fondamentaux de l’existence démocratique, pour autant qu’il est aujourd’hui une composante de notre société ».

Un vœu qui semble avoir trouvé écho dans le programme de François Fillon qui veut « rendre obligatoire pour toute religion la constitution d’association cultuelle (ou son équivalent l’association diocésaine) pour la gestion des lieux de culte ». Le candidat des Républicains envisage même de « créer un statut de fondation à objet religieux » pour que les dons et legs de personnes privées puissent « contribuer à un meilleur financement du culte, notamment musulman ».

Cette laïcité qui vise à institutionnaliser la religion musulmane se retrouve également chez Nicolas Dupont-Aignan qui souhaite « encadrer la construction de nouveaux mieux de culte en la conditionnant à la signature d’un contrat avec les imams et les responsables d’associations pour définir des règles de vie entre la République et l’Islam de France ».

Liberté vs fermeté

Au contraire, pour Philippe Poutou « cette laïcité est un outil d’oppression, puisqu’elle retire une partie des libertés individuelles ». Enfin, la laïcité « apaisée » de Benoît Hamon semble s’être plus durcie depuis les primaires socialistes où elle était qualifiée de « laïcité bouclier » en opposition à la « laïcité glaive » de son ancien adversaire, Manuel Valls. Aujourd’hui, sans pour autant prôner une laïcité de combat, le candidat socialiste promet de « faire scrupuleusement respecter la loi de 1905 sur la laïcité et d’appliquer les sanctions avec fermeté ». Une idée que partage également Emmanuel Macron.

Enfin, la candidate de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud qui, dans son programme exprime son souhait de « rejeter la religion dans la sphère privée » et « mettre en place un véritable principe d’égalité de traitement (de non traitement devrait-on dire) de toutes les religions, ce qui permettrait enfin de pouvoir dire qu’on vit dans une société qui ne privilégie pas une religion face aux autres », ne semble pas pour autant brandir la laïcité comme une épée.

POUR ALLER PLUS LOIN