Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Enfance / Famille

Bourgogne. La ville de Dijon au secours de la crèche interentreprises

Publié le 28/04/2009 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cela fait cinq ans que l’idée est née, au sein de l’association FL 3000, qui regroupe les entreprises des zones d’activité de la Toison-d’Or, à Dijon. Depuis le 25 avril, le projet est bel et bien devenu réalité. La première crèche interentreprises à voir le jour en Bourgogne a été montée en un temps record, une dizaine de jours. Les modules, fabriqués en usine (par l’entreprise Yves Cougnaud), ont été assemblés, comme des Lego, pour constituer un ensemble de 680 m2 de surface utile. La remise des clefs est prévue au 19 juin pour une ouverture le 1er septembre.

L’investissement, porté par la Caisse d’allocations familiales (CAF) et par Crèche attitude, qui sera le gestionnaire de la crèche baptisée La Maison des fées, s’élève à 1,8 million d’euros (hors coût foncier). Mais, à ce jour, seules trois entreprises ou collectivités y ont réservé des places : Merck, APRR et la préfecture.
C’est peu alors que la crèche possède une capacité de 60 berceaux. Et c’est ce qui explique l’implication, dans ce projet, de la ville de Dijon. «Pour assurer la pérennité du projet, nous avons réservé 40 places, au lieu des 20 initialement prévues», indique Angela Mielle, la directrice du service petite enfance à la mairie.

Diversifier les solutions
La procédure est passée par un appel d’offre ciblé qui, pour la ville, permet de diversifier les solutions d’accueil alors qu’elle ne dispose, dans ses structures municipales, que de 1.064 places. Chaque année, ce sont environ 400 demandes qui ne sont pas satisfaites.
Dans ce projet, néanmoins, la collectivité espère, une fois le démarrage assuré, pouvoir se retirer, si ce n’est totalement, au moins partiellement.

Aujourd’hui, malgré cet effort de la collectivité, huit places restent à la disposition des entreprises qui souhaiteront en faire profiter leurs salariés : le coût net restant à leur charge, déduction faite des aides dont elles bénéficient, est estimé à 2.000 euros par an et par place, selon Laurence Boluda, responsable régional de Crèche attitude.

Pour en savoir plus
Retrouvez notre article du 22 avril «Nous exigerons plus de rigueur dans la gestion des crèches» – interview de Jean-Louis Deroussen, président de la Cnaf»

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bourgogne. La ville de Dijon au secours de la crèche interentreprises

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement