Énergie

Schéma directeur des énergies : toutes les cartes en main pour se lancer

| Mis à jour le 04/04/2017
Par • Club : Club Techni.Cités
Sources : Technicités 

Richard-Fotolia

En répertoriant les sources de production, les réseaux de distribution et la consommation d’énergie à l’échelle de son territoire, la Métropole de Lyon dispose désormais de son outil de base pour l’élaboration de son futur schéma directeur des énergies.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lancé en 2015, le diagnostic énergétique de la Métropole de Lyon vient d’être achevé. L’objectif était ambitieux puisqu’il s’agissait de répertorier l’ensemble des sources, mais aussi les réseaux et les consommations d’énergie – à l’exception des produits pétroliers qui ne sont pas une énergie de réseau – à l’échelle du territoire métropolitain.

« Nous avons choisi de travailler à la maille Iris, qui nous paraît suffisamment représentative du territoire et qui nous permet d’avoir accès à des données déjà produites par l’Insee », explique Eymeric Lefort, directeur de la mission énergie de la Métropole.

Démarche collaborative

Pour mener à bien ce diagnostic, la Métropole s’est appuyée sur le cabinet Artelys qui a construit l’outil de modélisation permettant de ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Références

Fiche technique

  • Maîtrise d’ouvrage : Métropole de Lyon.
  • Maîtrise d’œuvre : Artelys pour la partie scientifique, UrbaNova et Algoe pour l’Ingénierie projet.
  • Budget : 180 000 euros.
  • Contact : Eymeric Lefort, elefort@grandlyon.com
Commentaires

1  |  réagir

05/04/2017 06h41 - Salesse O.

Concernant les énergies renouvelables, notamment le solaire, attention !Nous-mêmes avons un chauffe-eau solaire De Dietrich (avec appoint électrique) depuis 8 ans, et nous avons des ennuis depuis plus de 6 mois : cuinement au niveau de la soupape de sécurité de l’eau froide ; fuites au niveau du dispositif de remplissage et de vidange du circuit primaire solaire-propylène glycol (rajout à l’automne). Le passage de 3 plombiers (dont 1 soit-disant contrôleur de l’installation) n’a pas apporté de solution autre que le changement du matériel (d’ailleurs vendu en kit)(?)La maintenance nécessiterait, à mon sens,une formation appropriée, qui pourrait être menée, par exemple, par un ingénieur de la partie désigné par le Groupe. L’obtention du fameux label « Qualisol »est en effet notoirement insuffisant. La preuve ! Aussi, notre prochain achat sera un simple chauffe-eau électrique, comme il y a 50 ans !En conclusion, le solaire, ce n’est pas vvraiment l’avenir, car qui peut se permettre un investissement de milliers d’euros sur un matériel dont le plombier ne sait pas changer la moindre pièce (et j’inclus les anodes !). Au final, la vente et l’installation de ce type de matériel est ni plus ni moins une belle arnaque commerciale. Encore une ! Et voilà comment l' »insuffisance intellectuelle » des uns rejoint la publicité effrontée des autres. Et le pauvre con-sommateur est au milieu.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Club RH : Comment rendre sa communication interne efficace ?

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP