Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Rapport d'activité

Le Défenseur des droits dénonce le recul du service public

Publié le 23/02/2017 • Par Brigitte Menguy • dans : A la une, Actu expert santé social, France

Jacques-Toubon-UNE
ActuaLitté / Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic
Retrait du service public, réduction de ses fonctions d’accueil d’orientation, d’assistance… sont autant de réalités que le Défenseur des droits pointe dans son rapport d’activités 2016 présenté publiquement, jeudi 23 février 2017. Un recul du service public qui n’est pas sans conséquence sur l’accès aux droits, notamment des plus fragiles.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cinq ans après son entrée en fonctions, le Défenseur des droits se veut rassurant au sujet de l’institution qu’il incarne : « nous avons acquis une certaine maturité malgré notre jeunesse » s’amuse Jacques Toubon lors de sa présentation à la presse du rapport d’activité 2016 de ce pouvoir constitué.

Une maturité qui se concrétise par un nombre toujours plus important de saisines (près de 130 000 demandes d’interventions ou de conseils en 2016 via notamment les délégués présents sur l’ensemble du territoire) et une hausse sans précédent de mesures significatives engagées, 696 exactement.

Les délégués du Défenseur des droits font l’unanimité

Car comme tout rapport d’activités, celui du Défenseur des droits 2016 est avant tout une compilation d’informations chiffrées qui permet, comme la loi du ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Défenseur des droits dénonce le recul du service public

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

24/02/2017 08h25

Notre pays est en faillite. L’Etat n’a plus d’argent, à force de perdre des revenus, à force de voir des entreprises se délocaliser dans des pays à bas coût de main d’oeuvre, à force d’être submergés de produits fabriqués à l’étranger. Nous importons plus que nous produisons et nous perdons des devises.
Nous sommes mis en concurrence, dans la zone euro, avec des pays comme l’Allemagne pour qui l’euro est sous-évalué, alors qu’il est surévalué pour nous (c’est le FMI qui le reconnaît).
La seule solution envisagée par les politiciens, serait d’imposer des économies à l’Etat en réduisant les dépenses publiques (tout en continuant à augmenter les impôts). Réduction du nombre de fonctionnaires, réductions des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales…
Cette solution démontre qui est expérimentée depuis de nombreuses années semble totalement inefficace. Nous sommes enfermés dans une spirale infernale.
La seule solution serait de sortir de la réglementation européenne qui nous fragilise vis à vis de la concurrence internationale, et de revenir à une monnaie nationale, outil et non plus dogme.
Sans le FREXIT, rien ne sera possible. Un seul candidat le propose pour la présidentielle. Il va falloir réfléchir…

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement