Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Baromètre des territoriaux

Faut-il rétablir le jour de carence ?

Publié le 13/02/2017 • Par Claire Boulland • dans : Actu expert santé social, France, Toute l'actu RH

BAROMETRE_380x253
La Gazette / Pascale Distel
Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : faut-il rétablir le jour de carence ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Trois ans après la suppression du jour de carence pour les fonctionnaires et les contractuels, 50 % des répondants se disent favorables à son rétablissement, pour faire diminuer le taux d’absentéisme. Car depuis 2014, nul ne conteste le retour à la hausse des arrêts courts. Estimant qu’une réponse punitive ne peut être la seule solution possible, l’Association des DRH des grandes collectivités a lancé un portail web de benchmark pour éclairer sur les multiples facteurs de l’absentéisme. Notre baromètre révèle également une grande disparité des avis par type de collectivité : 68% des intercos sont « pour » quand 79 % des régions sont « contre ». Par ailleurs, 71 % des catégories C se prononcent défavorablement.