Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

P comme précarité

Publié le 18/09/2018 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
La précarité est "partout", disait Bourdieu, "consubstantielle au développement de ce nouveau régime du capitalisme", ajoutait Castel. Complexe et multifactorielle, la précarité renvoie une personne, hors statut, hors norme, hors champ.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Billé y voit une dépendance à autrui pour survivre. Elle rend tributaire, hier de la charité et de l’aumône, aujourd’hui de l’État et des dispositifs sociaux. Étymologiquement, précaire n’est-il pas ce qui est « obtenu par prière » (precarius).

Des catégories traditionnellement visées – femmes, personnes peu qualifiées, immigrés – la précarité s’est étendue à tous les groupes sociaux dans un « sentiment diffus » d’« insécurité sociale » (Le Coz).

Dans le travail, le logement, la santé, dans les relations familiales, sociales et les rapports citoyens, ou en ce qui concerne le capital financier, économique et culturel, la précarité place l’humain dans l’incertitude de son avenir et un sentiment d’impuissance à agir sur sa vie.

Selon Paugam, c’est « une épreuve » qui « renvoie au processus d’affaiblissement des liens de l’individu à la société au sens de la double perte de la protection et de la reconnaissance sociale ». « Une défaite sociale du soi », pour Le Blanc.

« Processus d’invisibilité sociale » (Le Blanc) et « processus de disqualification sociale » (Paugam), la précarité ne se combat que dans une logique à l’échelle de l’humain. Le Coz réclame « une réflexion philosophique sur le sens de la vie humaine, une interrogation du rapport d’un être humain à ses semblables, à sa culture ». Dans cette perspective, il insiste sur l’importance de l’éducation, de l’apprentissage de la civilité et de l’accès à la culture.

Analysant la précarité sous l’angle de l’altérité et de la temporalité, il invite à se placer sur le terrain de « l’ouverture à un avenir porteur d’espoirs et de rencontres avec […] les autres » : « la réponse au défi contemporain de la précarité devra dépasser le cadre strictement budgétaire ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

P comme précarité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement