Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Tribune] Aide aux séjours irréguliers

Délit de solidarité : en finir pour de bon

Publié le 11/09/2018 • Par Brigitte Menguy • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

franchissement frontière ligne continue baskets
(C)2014 Igor Stevanovic, all rights reserved
Le cas de Martine Landry, une responsable locale d’Amnesty International, poursuivie pour "aide à l’entrée sur le territoire de deux mineurs en situation irrégulière", avait ému l’opinion publique au printemps. Relaxée le 13 juillet, la militante s’était dite "soulagée" par ce jugement. Mais c’était sans compter l’appel du parquet.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

«Nous apprenons avec consternation l’appel par le procureur général d’Aix-en-Provence du jugement du tribunal correctionnel de Nice qui avait prononcé la relaxe de Martine Landry le 13 juillet dernier ». Ce sont par ces mots qu’Amnesty International a annoncé fin juillet, dans un communiqué, sa consternation d’apprendre qu’une de leurs responsables locales, Martine Landry, voyait sa relaxe remise en compte par le parquet.

Selon Amnesty International, cette décision est surprenante : « le parquet est garant de l’intérêt public. En première instance, la procureure avait demandé la relaxe. Il est assez étonnant que la protection de ce même intérêt public exige une condamnation dix jours après la relaxe obtenue ».

D’autant plus que, dans le cas de Martine Landry, le tribunal a indiqué que ...

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

CLUB FINANCE - La responsabilité des gestionnaires publics

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Délit de solidarité : en finir pour de bon

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement