logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/482301/il-faut-sortir-de-la-logique-de-classement-des-conservatoires-jean-marcel-kipfer/

ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES
« Il faut sortir de la logique de classement des conservatoires » – Jean-Marcel Kipfer
Hélène Girard | France | Publié le 18/01/2017 | Mis à jour le 19/01/2017

Conservatoires de France, association professionnelle de directeurs de structures enseignant la musique, la danse et le théâtre, tiendra ses journées d’études les 19 et 20 janvier 2017, à Montpellier. Avec, au programme, l’impact de la loi NOTRe et la façon de penser les parcours de formation. La Gazette a rencontré son président, Jean-Marcel Kipfer, pour faire le point sur l’actualité du secteur.

Les structures d’enseignement  de la musique, de la danse et du théâtre (conservatoires classés ou non, écoles territoriales et associatives) abordent une période de mutation. D’une part, elles commencent à évoluer sous l’effet de la loi NOTRe du 7 août 2015. D’autre part, et concomitamment, le ministère de la Culture reconfigure les critères de classement des établissements (1), selon un nouveau cahier des charges en cours de finalisation.

Comme les autres secteurs culturels, les établissements d’enseignement musical doivent s’adapter à la mise en œuvre de la loi NOTRe. Comment les directeurs de conservatoires abordent-ils cette nouvelle phase ?

Force est de constater qu’à ce stade, nous ne mesurons pas encore tous les effets de cette loi sur notre secteur, et que nous manquons d’informations sur le sujet. Nous devons donc privilégier le partage d’informations entre responsables d’équipements, pour avoir entre nous le même niveau de compétences sur la loi. C’est justement l’objectif de nos journées d’études des 19 et 20 janvier à Montpellier. En outre, il est impératif d’avoir des échanges avec nos DGS respectifs, qui ont une vision transversale de l’impact de la loi.

Aire aussi

Loi CAP et enseignements artistiques, les 8 points à retenir

 

A ce stade, quels enjeux avez-vous repérés ?

Par le biais des regroupements d’EPCI, la loi NOTRe donne une acuité encore plus forte à la notion de réseau de l’enseignement musical. D’un territoire à l’autre, la réalité des réseaux de conservatoires et d’écoles de musique, de danse et de théâtre est très variable : ils ont différents objets, fonctionnent avec des configurations spécifiques, parfois avec des périmètres géographiques très larges. De plus, la mise en réseau n’est pas envisagée de manière uniforme ...

CHIFFRES CLES

  • 1300 établissements d'enseignement de la musique, de la danse et du théâtre
  • dont 390 dispensant un enseignement contrôlé par le ministère de la Culture
  • 140 équipements classés
  • 250 écoles de musique municipales agréées
  • 80% d' écoles de musique en régie municipale,
  • 10% d'écoles intercommunales
  • 8% d'écoles associatives
  • 1% d'écoles en syndicats mixtes

(Source : ministère de la Culture)


POUR ALLER PLUS LOIN