logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/479970/documentalistes-bibliothecaires-et-archivistes-des-convergences-et-des-imperatifs/

INFO-DOC
Documentalistes, bibliothécaires et archivistes : des convergences et des impératifs
Hélène Girard | France | Publié le 06/01/2017

Au sein de leur interassociation, les trois professions de l’info-doc identifient peu à peu les défis à relever en commun grâce à une réflexion partagée sur les pratiques de traitement, conservation et communication des documents et les services aux publics. Pour l’heure, droits culturels et numérique sont au cœur de leurs préoccupations

Les 20 associations d’archivistes, bibliothécaires et documentalistes constitutives de l’Inter association archives-bibliothèques-documentation  (IABD) ont fait, fin décembre 2016, le bilan du 2ème « camp » (1) qu’elles ont organisé le 11 octobre à Villeurbanne, dans les locaux de l’enssib. Un point d’étape mis en forme et diffusé par l’Association pour le développement des démarches numériques en bibliothèque (ADDNB). Objectif de ce  « camp »  : faire émerger les convergences en matière de pratiques professionnelles et de défis à relever.

A lire aussi

  • Les projets de Romain Joulia, nouveau président de l’IABD
  • Quelles priorités pour l’Inspection générale des bibliothèques en 2017 ?

Des services garants et facilitateurs des droits culturels

Introduits en droit français dans la loi NOTRe du 7 août 2015 (article 103), les droits culturels (2) restent une notion floue pour nombre de professionnels de la culture.

A lire aussi

  • Les collectivités redécouvrent les droits culturels 
  • Droit d’auteur et lectures publiques : les bibliothécaires invoquent les droits culturels

Dans ce domaine, les trois professions de l’information-documentation revendiquent un rôle de garant et de facilitateur. « Les services d’informations, d’archives et de documentation ont un rôle essentiel et stratégique dans les dispositifs des politiques publiques favorisant l’exercice des droits fondamentaux du citoyen à s’informer, à apprendre, à partager ses savoirs, à inventer ses usages et au final à construire une culture commune, diverse et apaisée », rappelle l’IABD. Une exigence identifiée comme une « responsabilité collective », un « socle du service public », « un rôle citoyen de premier plan ».

A lire aussi

  • Bibliothèques, le numérique en accès ...

POUR ALLER PLUS LOIN