Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

T comme territoire

Publié le 24/07/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Région, contrée, "étendue de pays formant une circonscription" au XIVe siècle, "terres cultivables, terroir" en lien avec la terre latine (terra) au XVe, le territoire s’humanise à partir du XVIIIe.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il est une « étendue de la surface terrestre où est établie une communauté humaine », explique le Centre national de ressources textuelles et lexicales.

Terme de géographe ou d’historien, il est un espace délimité, approprié par un ou plusieurs individus, « contrôlé par un certain type de pouvoir », précise Foucault.

En écho à territorium prenant racine dans territor (qui répand la terreur), le territoire associerait contrôle et protection par la menace.

Guattari et Deleuze qualifient le territoire « d’acte », le pensant comme « produit d’une territorialisation des milieux et des rythmes ».

Dans le prolongement de leur réflexion, Frédéric Gros fait passer le territoire de l’« objet historique d’une forme déterminée et datée de pouvoir politique, au territoire comme milieu déployé par une puissance de vie ».

À partir des années 1980, l’usage du mot colonise le social, un secteur qui se manifeste « dans l’interaction entre individus situés et localisés », note Thierry Paquot.

Son territoire en serait « l’inscription spatiale », la « conséquence de causes à recenser et à analyser ». Il est aussi, pour Georgia Kourtessi-Philippakis, « un investissement affectif et culturel », et pour Gros, « au cœur même du pouvoir, le déploiement de son jeu propre ». Yvon Pesqueux y voit un lieu de ressources, qui « articule le proche et le lointain […] dans une logique d’inclusion-exclusion ».

Le flou du concept dans le social, nullement transcrit ou organisé au plan institutionnel, « la concurrence et l’alliance de territoires les uns « avec » et « contre » les autres, sans référence à l’État-nation », peuvent produire du danger, alerte-t-il.

Le territoire pourrait insidieusement faire glisser le social d’une mission à remplir vers une logique de projet à gérer.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

T comme territoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement