Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Sport-santé

Le CHU de Niort conventionne avec le mouvement sportif

Publié le 11/07/2018 • Par Véronique Garcia • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

sport santé hôpital
©oneinchpunch - stock.adobe.com
Le CDOS 79 et le centre hospitalier de Niort ont signé une convention pour proposer de l’activité physique à des patients au sein de l’hôpital et "hors les murs". Et les encourager à poursuivre, après, dans un club notamment.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Courant 2016, la loi de santé et plus précisément le décret relatif au sport sur ordonnance n’étaient qu’au stade des discussions préalables. Depuis son poste de chef de projet au comité départemental olympique (CDOS) et sportif des Deux-Sèvres, Joël Pigeau (1) les observait d’un œil certes intéressé mais sans se sentir pleinement impliqué. Jusqu’à ce coup de fil de Michel Bey, directeur adjoint du centre hospitalier de Niort (2), et cette proposition d’unir leurs forces et leurs réseaux. Une première à l’époque en France.

Patients diabétiques

« Auparavant, nos univers respectifs de la santé et du sport ne se côtoyaient pas », souligne Michel Bey. « Mais, en s’appuyant sur les éléments de la loi de santé, nous avons rapidement débouché sur du concret ». À savoir, la formalisation d’une convention afin de conduire des actions sport-santé au sein de l’établissement hospitalier ou ‘‘hors les murs’’.

Le dispositif se met en place fin 2016 au sein du service de diabétologie, dans le cadre de semaines de soins thérapeutiques. « Régulièrement, une dizaine de patients diabétiques du territoire sont regroupés sur plusieurs jours dans le centre hospitalier pour faire le point sur leur maladie, leur mode de vie, la mesure de la glycémie, etc. »

Un enseignant en activité physique adaptée (APA) du CDOS a donc été intégré au programme pour délivrer des conseils « bien-être » et des cours bien sûr, fonction de l’état de santé des patients et de leur âge : stretching, gymnastique douce, marche… « Nous gérons également un groupement d’employeurs ‘‘sport et animation’’ », poursuit Joël Pigeau.

« L’éducateur en question partageait son temps entre différents clubs de Niort et des alentours. Cette opportunité lui a permis de compléter son mi-temps ». Par ailleurs, des activités aquatiques ont aussi été proposées aux patients, cette fois-ci en relation avec un APA du Cercle des nageurs de Niort (CNN).

Passerelle vers les clubs

En un peu plus d’un an, 400 diabétiques ont participé à ces sessions organisées en étroite relation avec l’équipe médicale dirigée par le Dr Claire Faure-Gérard. « L’enjeu est à la fois de faire prendre conscience de l’importance d’une activité physique et d’identifier les freins à la réalisation de l’activité », enchaîne Michel Bey. Puis, « d’orienter le patient vers le club de son choix afin qu’il pratique la discipline qu’il souhaite, là où c’est le plus simple pour lui », complète Joël Pigeau.

« Notre travail au CDOS étant justement de recenser les associations sportives locales qui proposent des déclinaisons santé de leur discipline. Et il y en a beaucoup. » Sans compter que le partenariat gagne progressivement d’autres services de l’hôpital (lire encadré). « Ce qui est également très intéressant pour l’emploi », conclut Joël Pigeau. En 2016, nous avions un salarié APA au sein de notre groupement. Nous en sommes à quatre aujourd’hui »…

Michel Bey, directeur adjoint du centre hospitalier de Niort

« Nous commençons à diffuser la démarche au sein d’autres services »

« Le CDOS 79 travaille au repérage et à la labellisation des clubs et nous, centre hospitalier, faisons part de nos besoins pour les patients et établissons les contacts avec les équipes médicales. Le travail de l’APA s’effectue en étroite collaboration avec les services : ils établissent ensemble le contenu des sessions, construisent ensemble les programmes, créent des indicateurs de suivi, d’évaluation, etc. Après le service diabétologie, nous commençons à diffuser la démarche au sein d’autres services. À l’image de la douleur, auprès de fibromyalgiques à qui il est proposé de la marche nordique. Cela démarre aussi en neurologie auprès de patients en post-AVC ou souffrant de la maladie de Parkinson, à travers des activités aquatiques. Et encore en cancérologie. En parallèle, nous avons également mis en place un comité scientifique au sein duquel siège un médecin généraliste qui organise des sessions de formation médicale continue (FMC) auprès de confrères sur le territoire. Car ce sont bien eux qui doivent prescrire. »

Thèmes abordés

Notes

Note 01 CDOS 79 : Joël Pigeau, 05 49 06 61 10, joel.pigeau@franceolympique.com Retour au texte

Note 02 CH Niort : Michel Bey, 05 49 78 20 29 michel.bey@ch-niort.fr. Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le CHU de Niort conventionne avec le mouvement sportif

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean Pierre Loustau- Carrère

25/08/2018 02h55

actuellement auteur d’une thèse de droit public sur cette question, à l’Université de Bordeaux. je suis atterré par l’absence de vision organisationnelle du dispositif, notamment dans sa partie juridique extrêmement fragile car menacée par les droits de la concurrence entre les opérateurs semi publics que sont les associations sportives, et le secteur marchand ou les professionnels de santé . il s’agit bien d’un système d’incitation, mais pas forcément d’un élément de politique publique pensée et sécurisée.

FREDERIC ILLIVI

13/04/2019 09h26

Bonjour,
J’ai eu l’occasion de travailler sur la question.
Thèse soutenue le 20/09/2018.

Bien cordialement

RENEMICHEL

03/06/2019 03h19

Un « point de détail » : le centre hospitalier de Niort n’est pas Universitaire. Il ne s’agit donc pas d’un CHU puisqu’il n’intègre pas une quelconque université. Le CHU le plus proche est à Poitiers.
C’est un peu comme si on qualifiait d’université un lycée …

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement