Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « Réforme de l’encadrement supérieur : l’ambition n’est plus là » – Interview de Stéphane Pintre, président du SNDGCT

social

« Réforme de l’encadrement supérieur : l’ambition n’est plus là » – Interview de Stéphane Pintre, président du SNDGCT

Publié le 26/10/2010 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Alors que débute le 27 octobre à Strasbourg le Congrès du Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT), son président, Stéphane Pintre, fait le point sur les questions sociales qui agitent les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Où en sont les négociations sur le renforcement de la catégorie A ?

L’Etat nous avait présenté une note d’objectifs pour la fin 2009 et le début 2010. Aujourd’hui, l’ambition de cette réforme de l’encadrement supérieur n’est plus là, en dehors de la prime de fonctions et de résultats au profit des administrateurs puis des attachés. Rien n’a été annoncé au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale. Nous n’avons, aujourd’hui, plus de contacts sur cette question avec la direction générale des collectivités locales.

Le SNDGCT est-il favorable à la réforme des retraites ?

Nous ne sommes, bien sûr, pas opposés à l’allongement de la durée de cotisation mais les années d’étude sanctionnées par un diplôme doivent être « rachetées » pour être intégrées dans le calcul final. Nous souhaitons également que le régime indemnitaire soit bien davantage pris en compte. Aujourd’hui, un directeur général qui part en retraite sans avoir cotisé dans le cadre d’un régime complémentaire perd jusqu’à 60 % de son traitement. Nous n’avons pas obtenu gain de cause. Nous continuerons donc à porter ces deux revendications.

Quel est le climat social dans vos services ?

Il n’est pas bon. La proposition de geler leur point d’indice pour trois ans serait une mesure brutale ; le non-remplacement d’un territorial à la retraite sur deux est une élucubration dogmatique qui traduit une méconnaissance fondamentale de nos collectivités.

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Réforme de l’encadrement supérieur : l’ambition n’est plus là » – Interview de Stéphane Pintre, président du SNDGCT

Votre e-mail ne sera pas publié

louis

27/10/2010 08h52

vu les embauches massives depuis quelques années dans les collectivitées territoriales il ne serait pas anormal que le départ d’un fonctionnaire sur 2 soit maintenu au même titre que dans la fonction publique d’état. Tout le monde doit faire un effort. Pourquoi pas dans la fonction publique terrotoriale également ?

fred

27/10/2010 02h14

pourquoi stigmatiser le principe de non-remplacement d’1 fonctionnaire sur 2 : l’Etat doit le faire car il n’en a pas le choix. Les collectivités s’administrent librement, donc cela ne leur sera jamais opposable. ET en outre, elles doivent voter des budgets équilibrés, à la différence de l’Etat.
Le débat est ailleurs : comment mesurer et comparer la performance des collectivités. Ca c’est un boulot de DG !

sylvain

27/10/2010 09h17

il faut en effet se mobiliser pour le DG retraité!
Dans l’exemple donné par S.Pintre, pour perdre 60% de revenus, il faut que le DG concerné percoive 85% de primes en + de son traitement de base.
Illustration : traitement de base (+ nbi) 5000 € + primes 4375 € soit total du salaire d’activité : 9375 € (peuchère, juste de quoi joindre les 2 bouts). Pension de retraite : 3750 € (5000 X 0,75%).
Finalement, ce DG sera ravi de pouvoir travailler 2 années de plus…

Frédéric

25/10/2011 11h10

bonne nouvelle pour les ingénieurs territoriaux ! ils viennent d’être déclarés A+ et vont donc bénéficier de cette réforme de l’encadrement territorial ! les attachés territoriaux apprécieront d’avoir été maintenus A voire A-… quand l’Etat s »amuse à jouer les agences de notation !!!
Les attachés territoriaux placés sur les emplois fonctionnels de DGS dans les collectivités de -40 000 hab y seront sensibles !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement