Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Soulages met la ville de Rodez sur orbite

Publié le 22/10/2010 • Par avec l'AFP Hélène Girard • dans : France

Le peintre ruthénois a posé le 20 octobre 2010 la première pierre du musée éponyme qui ouvrira ses portes au printemps 2013. La ville et l’agglomération parient sur la notoriété de Pierre Soulages et l’attractivité du futur musée pour hisser le territoire au rang des destinations touristiques.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

«J’ai toujours aimé les grandes étendues libres», comme les Causse et l’Aubrac, a confié Pierre Soulages, en rappelant son attachement à Rodez (Aveyron), sa ville natale. Pour l’artiste, la construction du musée ne marque pas l’achèvement d’une carrière, car il espère qu’il y aura encore « d’autres choses nouvelles ». A 91 ans, Pierre Soulages figure en effet parmi les rares créateurs dont l’œuvre est sanctuarisée de leur vivant dans un musée qui leur est entièrement dédié. L’intérêt des amateurs d’art pour ses toiles s’est encore récemment vérifié : l’exposition que lui a consacrée le Centre Georges Pompidou à Paris a attiré plus d’un demi-million de visiteurs.

Déjà présent dans 86 musées à travers 19 pays d’Europe et des Etats-Unis, Pierre Soulages, devrait attirer de nombreux touristes autour de la donation qu’il a faite à sa ville natale en 2005 : 500 pièces dont 350 œuvres de sa main, le tout estimé à une valeur de 40 millions d’euros. 

Une fréquentation évaluée à 100.00 visiteurs par an

D’autant que l’Abbatiale de Conques, haut-lieu de l’art roman en Aveyron, où Soulages raconte avoir trouvé sa vocation et dont il réalisé les vitraux, constitue déjà un pôle d’attraction. C’est du moins le pari qu’a fait, dès le départ, l’ancien maire (UMP), Marc Censi, qui a convaincu l’artiste de l’intérêt d’un musée à son nom. Projet repris par son successeur (PS) Christian Teyssèdre, et le président de l’agglomération du Grand Rodez (PS), Ludovic Mouly, qui pilote aujourd’hui le projet. Selon Martin Malvy, président (PS) de Midi-Pyrénées, c’est toute la région qui devrait profiter des retombées du musée. «En soutenant sa création, au-delà de la reconnaissance de Pierre Soulages, artiste contemporain salué dans le monde entier, c’est donc l’économie régionale que nous soutenons, et d’abord le secteur du commerce, de l’hôtellerie ou de la restauration, pour lesquels, avec plus de 80 millions de nuitées par an, le tourisme représente un pourcentage élevé de leur activité». «Soulages fait déplacer du monde, plaide Christian Teyssèdre. Si Rodez ne le prenait pas, c’est Paris, Montpellier ou Toulouse qui le récupérerait».
Le conservateur, Benoît Decron, évalue le taux de fréquentation à 100.000 visiteurs par an dès les premières années.

Des lignes de train auraient été plus utiles…

Lors de la pose de la première pierre, Marc Censi a estimé que le musée allait «constituer une sorte de phare permettant à de nombreux visiteurs de découvrir la ville». Encore faut-il que la ville se dote d’équipements touristiques de qualité (hôtels, activités de loisirs) en nombre suffisant et en phase avec les exigences du tourisme international, et qu’elle fasse valoir la nécessité de désenclaver son territoire.

Depuis 2005, de nombreux Ruthénois ont protesté contre ce projet, jugé démesuré par rapport aux moyens de la ville et de l’agglomération. Régine Taussat, qui avait conduit la liste municipale UMP opposée au projet trouve l’art de Soulages «très élitiste» et estime que le musée n’aura pas les œuvres majeures de l’artiste mais «les œuvres de jeunesse». Le maire, Christian Teyssèdre, espère, lui, une seconde donation. En 2009, le quotidien local, Centre-Presse, avait demandé à ses lecteurs si le musée méritait les 24 millions d’investissements envisagés : 85% avaient répondu non, certains faisant valoir que des lignes de train auraient été plus utiles. Le directeur du futur musée, Benoît Decron, raconte avoir été accueilli avec une certaine agressivité lors de son arrivé cette année-là.

A quoi ressemblera le musée Soulages ?

Une série de cinq parallélépipèdes en acier Corten (alliage auto-patinable de couleur rouille et très résistant aux intempéries). Telle sera l’apparence extérieure du musée, qui s’étendra sur une surface totale de près de 6600 m2. Conçu par le cabinet catalan RCR Arquitectes, il abritera en premier lieu la donation faite par Pierre et Colette Soulages à la Communauté d’agglomération du Grand Rodez en 2005 : quelque cent cinquante oeuvres représentatives des différentes techniques employées par l’artiste tout au long de sa carrière (oeuvre gravée, ensemble de lavis et « brous de noix », sculptures, peintures, sur toile et sur papier, esquisses, maquettes et éléments préparatoires à la commande publique des vitraux de Conques, ensemble d’éléments documentaires), auxquels seront consacrés 1700 mètres carrés. En second lieu, le musée proposera des expositions temporaires d’art contemporain. Une condition posée par le peintre qui ne voulait pas d’un équipement qui lui soit exclusivement dédié. Parmi les services aux visiteurs, un restaurant gastronomique est prévu. A la faveur d’une mise en concurrence, son exploitation a été confié à Michel Bras (et son fils Sébastien), chef étoilé de l’Aubrac, qui compte utiliser produits et recettes locales en résonnance avec les thématiques du peintre.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Soulages met la ville de Rodez sur orbite

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement