Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Retraites

Les territoriaux marchent sur le Sénat contre les retraites

Publié le 21/10/2010 • Par Raphaël Richard • dans : A la une, A la une emploi, France

elections-professionnelles-dans-la-fonction-publique-la-cgt-perd-du-terrain-fo-et-unsa-progressent
AFP
Les syndicats de fonctionnaires ont réussi en 24 h à mobiliser environ 600 fonctionnaires territoriaux pour manifester contre la réforme des retraites sur un trajet allant du ministère de la Fonction publique au Sénat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«Et un, et deux, et trois enfants, avec ou sans enfant, la retraite à 60 ans», scande le premier rang de la manifestation derrière une banderole commune à la CGT, FO, Supap/FSU, Sud et l’Unsa. Avec la FA-FPT et la CFTC, c’est la quasi-totalité des représentants des fonctionnaires territoriaux qui avait appelé à se réunir le 21 octobre.

Outre une forte présence de la CGT-services publics (majoritaire dans la FPT), les autres syndicats se signalent par des drapeaux, des autocollants ou différentes bannières qui se mélangent allègrement. Les CGT de Vitry demandent « la retraite à taux plein pour tous à 60 ans (public/privé) » aux côtés de leurs collègues d’Ivry, de Créteil ou de Choisy-le-Roi. Certains viennent du conseil général du Val-de-Marne, de Fontenay-sous-Bois, des membres de la FA-FPT du Val-d’Oise se signalent aussi.

«Les territoriaux mobilisés en Ile-de-France ne sont pas tous là, signale Myriam Domingues, secrétaire fédérale adjointe de Sud-collectivités territoriales, certains sont sur des zones de conflit ailleurs. Il y a notamment une action en cours à Bobigny».

Invitation de la DGCL ?

A côté des rues bloquées par les CRS pour empêcher l’accès aux ministères, quelques syndicalistes prennent la parole. Baptiste Talbot, secrétaire générale de la Fédération CGT des services publics, indique notamment que la direction générale des collectivités locales (DGCL) a proposé de les recevoir le matin même. Invitation déclinée. Toutefois, la DGCL nie avoir proposé une rencontre ce jour.

Ils sont environ 600, selon notre propre estimation, lorsque le cortège se met en branle vers 14h30. Les slogans s’en prennent au président de la République Nicolas Sarkozy et appellent à la grève générale. Les chants et les concerts de percussions rythment la marche sous le soleil parisien.

Examen au Sénat

«Ce n’est pas la dernière mobilisation. Les territoriaux ne sont pas entrés dans le mouvement aussi rapidement que les syndicats le souhaitaient car il y a une proximité avec le politique, mais ils ont toujours manifesté une bienveillance envers le mouvement », indique Myriam Domingues. « Il y a beaucoup de catégorie C dans la territoriale, c’est donc plus difficile d’entrer en grève», ajoute-t-elle, précisant que de nombreux agents ont participé à différentes formes d’actions.

La veille, le Sénat, où la réforme est toujours en cours d’examen, avait été le théâtre de manifestations auxquelles participaient des territoriaux. Le 21 octobre, c’est accompagné de lycéens que ces derniers devaient à nouveau faire passer leur message d’opposition au changement de l’âge de départ à la retraite devant le palais du Luxembourg.

77 départements mobilisés

La CGT-services publics continue chaque jour de compter les actions menées dans toute la France par les territoriaux. Elle a dénombré des actions sous des formes diversifiées, allant de 1 h à 24 h de grève, dans 77 départements pour la période du 13 au 22 octobre. Le 18, des actions ont été menées dans au moins 51 départements et le 20 octobre, « à partir d’un bilan très incomplet », dans au moins 28 départements, rapporte le syndicat. De nombreux débrayages et blocages de site sont notamment recensés.
« Une fois encore, les agents de la fonction publique territoriale démontrent ainsi leur volonté d’aller jusqu’au bout pour obtenir du gouvernement qu’il renonce à imposer sa réforme régressive et qu’il ouvre de réelles négociations visant à construire l’avenir de nos retraites sur des bases de progrès social », affirme la CGT.

Cet article est en relation avec le dossier

10 Réagir à cet article

Sur le même sujet

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les territoriaux marchent sur le Sénat contre les retraites

Votre e-mail ne sera pas publié

bimbo

21/10/2010 11h35

c dommage que je suis pas de paris ….je suis avec ce qui se batte contre l injustice dans mon k.. g commencer a travailler a a peine 15ans…. g 50 ans
j aurais 47 ans de cotisation a 62ans c honteux….voila la justice de sarko???
en ce moment je suis dans la rue presque tout les jours
s il faut la révolution…. ya pas de probleme je serais présent

quezac62

22/10/2010 04h15

la révolution! c’est d’un ringard…
rocard 1er ministre annonçait déjà que maintenir la retraite à 60 ans était une hérésie.
comparez donc les pyramides des âges de 1965 et d’aujourd’hui si vos oeillères vous l’autorise.
ça se passe comment ailleurs en europe, ils ont des syndicats évolués mais pas « révolutionnaires » arc-boutés sur une philosophhie de la vie en société de la fin du 19ème

ugottale

22/10/2010 06h29

les collectivités territoriales n’ont pas vocation à être la plus plus grande entreprise de leur territoire ! et à continuer à s’inventer des missions non indispensables ! certes cette croissance des effectifs explique l’excédent de la CNRACL , mais c’est au détriment de la bonne santé des CL , les régions font du tourisme , les départements font du tourisme , les CC et les CA font du tourisme , vive les vacances !les primes techniques donnent une retraite complémentaire mais sont trop grosses ! les territoriaux sont aussi hors sujet que les lycéens par rapport aux retraites , certains ont du mal à faire 35 heures , certains territoriaux feraient mieux de lutter contre le harcèlement moral d’élus qui se comportent en cheiffaillons au lieu d’imaginer la FRANCE de demain et de faire confiance aux fonctionnaires compétents et passionnés par le service public de terrain !

babil

22/10/2010 10h50

Normal que toutes ces strates fassent du tourisme tant qu’elles le font de manière complémentaire et coordonnée. Exemple chez nous : la région a financé l’étude de mise en tourisme, le département a financé les gros équipements d’animation touristique, la commune met en œuvre et finance les actions d’embellissement ou qui profitent aux citoyens tous les jours. Cela me semble très bien, ce n’est pas la Région qui va s’occuper de la signalétique d’un petit Bourg …
Les territoriaux sont en première ligne de tous les besoins sociaux, ils reçoivent les citoyens pour tous leurs besoins, sont présents pour faire face dans toutes les catastrophes. Ils font sans souci leur 35 heures et dès qu’ils sont catégorie B ou cadres souvent beaucoup plus. Ils sont souvent cassés bien avant la retraite (personnel des crêches, personnel technique, personnel d’entretien) et quand il n’y a pas de possibilité de reclassement tout simplement mis en retraite d’office pour inaptitude avec des tout petit montant de retraite.
Enfin comment dire que les primes techniques sont trop grosses alors que chaque collectivité les modulent à sa manière, impossible d’énoncer une telle généralité.

route80

22/10/2010 06h35

L’ample mobilisation qui ébranle la France est légitime. Tous ceux qui y participent ou la soutiennent font œuvre de salubrité publique : ils défendent la liberté contre la servitude, l’égalité contre l’injustice, la fraternité contre l’égoïsme. Les pouvoirs veulent imposer leur temps à la société. L’horloge d’une démocratie véritable n’est pas la leur : elle est d’abord celle qu’invente le peuple en refusant la fatalité.

Progrèsocial

22/10/2010 09h05

Bravo pour cette initiative!!
Avec un peu plus de préparation des milliers de territoriaux pouvaient y participer. A quand la prochaine, jeudi 28 ?

gaslou

22/10/2010 09h39

Savez vous que nos braves syndicalistes sont aussi subventionnés par nos caisses de retraite, alors……..

Archios

22/10/2010 10h19

Serions-nous un groupe de salariés à part que nous ne manifesterions point, en ce moment ? Les fonctionnaires sont des salariés de la Fonction Publique (c’est une tautologie mais elle est importante !). C’est à dire qu’ils sont « impactés » (c’est le mot à la mode) par les mesures sociales régressives que vote la représentation nationale. De plus dans la capitale, devant le Sénat, cela me semble totalement légitime.

ALIMAS

25/10/2010 11h42

(09A183A01). BIEN ÉVIDEMMENT QUE LES FONCTIONNAIRES SONT CONCERNÉS PAR LA RÉFORME DES RETRAITES ! Seulement où le bas blesse, c’est sur les critères d’alignement public, privé ! Que vous le vouliez ou non, il va falloir mettre sur la table TOUS les éléments de discorde si nous voulons nous accorder. Car, enfin, votre retraite à vous les fonctionnaires, elle vous est garantie par le fait même qu’elle est financée par nos impôts et que je sache, vous n’avez aucune obligation de résultats économiques ni d’ailleurs, faut-il le souligner, d’efficience de services publics, quoique que vous en disiez pour beaucoup d’entre-vous. Alors, un peu de bon sens SVP, messieurs et mesdames de la fonction publique. Respectez au moins les travailleurs du privé qui eux, avant même de savoir s’ils vont avoir une retraite, se posent la question de leur emploi, travail et salaire pour pouvoir payer les cotisations et prélèvements de toute sorte pour assurer les dépenses d’équipement et de fonctionnement ainsi que les retraites des millions de fonctionnaires répartis dans le mille feuilles politique et administratif.

gege

25/10/2010 03h34

Voir les différents commentaires soit pour la grève voire la révolution, d’une part; ou anti syndicats et anti-fonctionnaires d’autrepart, m’interloque.
Faire ensuite référence à d’autres pays européens ou mondiaux pour comparer les mérites ou l’état d’esprit des uns par rapport aux syndicats français semble ubuesque. Comparer l’incomparable est une tactique usée jusqu’à la corde. Allons , allons y, les autres pays (européens) ont adoptés des âges de départ plus élevés qu’en France.
Mais collectivement pourquoi ne pas se poser la question suivante: « est-ce que parce que celà se fait ailleurs que c’est bon ,nécessaire » A ce compte il existe beaucoup plus de pays dans le monde qui n’ont pas de systèmes institutionnalisés de retraite. Donc c’est une hérésie de vouloir en avoir une en France!!. Pas sérieux ,hein.
Toutes nos économies ou systèmes économiques sont interconnectés. C’est ce qui nous permet de « payer les pots cassés » dès lors qu’un petit problème de bourse à l’autre bout de la Terre apparait.
J’achève; Il ne vient donc à ces personnes l’idée que pour bénéficier d’un rendement à plus de 10% l’an , les propriétaires d’actions après avoir trouvé et mis en place tout un tas de techniques pour optimiser le rendement de leur argent, font actuellement supporter aux « petits » que nous sommes, la charge de rentabiliser plus encore leurs investissements. Qui n’est au fond que la part de plus value que nous avons contribués à créer et dont ces possesseurs d’argent nous raflent. L’idée de mettre en place une campagne minimum au niveau européen, anti retraite et la charge insoutenable; que dis-je inadmissible qu’elle génère fait qu’ensuite nous pouvons en France voir ce que nous voyons.

Mais question dérangeante: durant le temps où notre élite nationnale nous mobilise ou nous montre avec sa main droite; le soit disant problème des retraites qu’est-elle en train de faire avec sa main gauche. Le tableau de Bruguel; l’escamoteur.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement