Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Statut

Le reclassement pour inaptitude physique en 10 questions

Publié le 27/10/2014 • Mis à jour le 20/07/2021 • Par Sophie Soykurt • dans : Statut, Dossiers Emploi

visite médicale
PKchai/AdobeStock
Les fonctionnaires territoriaux qui souffrent d’une inaptitude physique ont la possibilité de continuer à exercer leurs fonctions sur d’autres emplois.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Le reclassement pour inaptitude physique en 10 questions

01 – Qu’est-ce que le reclassement pour inaptitude physique ?

Lorsque les fonctionnaires territoriaux sont reconnus inaptes à l’exercice de leurs fonctions, à la suite de l’altération de leur état physique, ils peuvent être reclassés dans les emplois d’un autre cadre d’emplois ou corps. Sous réserve d’avoir été déclaré en mesure de remplir les fonctions correspondantes, ce reclassement intervient en priorité dans la collectivité d’origine du fonctionnaire. A défaut, il intervient dans toute administration ou établissement public mentionnés à l’article 2 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires.

Les intéressés doivent présenter une demande de reclassement. Toutefois, une procédure de reclassement peut être engagée en l’absence de demande de l’intéressé. Ce dernier dispose alors de voies de recours. (loi du 26 janvier 1984, art. 81).

Enfin, le droit au reclassement en cas d’inaptitude physique a été érigé en un principe général du droit (1).

02 – Qui peut faire l’objet d’un reclassement pour inaptitude physique ?

Les modalités de reclassement prévues par la loi du 26 janvier 1984 et le décret de 1985 ne visent que les fonctionnaires territoriaux titulaires. Le cas échéant, les fonctionnaires intéressés peuvent bénéficier d’un reclassement, quelle que soit leur position.

S’agissant des contractuels, les modalités de leur reclassement sont précisées par le décret du 15 février 1988 (lire la question n°3).

En revanche, aucun principe général ni aucune disposition législative ou réglementaire ne confère aux fonctionnaires stagiaires, qui se trouvent dans une situation probatoire et provisoire, un droit à être reclassés dans l’attente d’une titularisation pour toute inaptitude physique définitive (2). En cas d’inaptitude définitive, ils sont licenciés ou il est mis fin à leur détachement s’ils ont la qualité de fonctionnaire dans un autre corps ou cadre d’emplois.

L’obligation de rechercher un reclassement pour les stagiaires ne s’impose qu’en cas d’inaptitude imputable au service (3).

03 – L’obligation de reclassement s’impose-t-elle pour les agents contractuels ?

Une obligation de reclassement s’impose également à l’égard des agents contractuels relevant du décret du 15 février 1988 (art. 13-III). En effet, ce décret dispose que le licenciement d’un agent définitivement inapte à l’issue d’un congé de maladie, de grave maladie, d’accident du travail, de maladie professionnelle ou de maternité, de paternité, d’accueil d’un enfant ou d’adoption ne peut être prononcé que dans une situation. Ce cas se présente quand le reclassement de l’agent dans un emploi que la loi du 26 janvier 1984 autorise à pourvoir par un agent contractuel et dans le respect des dispositions légales régissant le recrutement de ces agents n’est pas possible (art. 13).

Ce reclassement concerne les agents recrutés pour occuper un emploi permanent, en application de l’article 3-3 de la loi du 26 janvier 1984,

  • par contrat à durée indéterminée
  • ou par contrat à durée déterminée, lorsque le terme de celui-ci est postérieur à la date à laquelle la demande de reclassement est formulée. L’emploi de reclassement est alors proposé pour la période restant à courir avant le terme du contrat.

Enfin, le reclassement de l’intéressé s’effectue sur un emploi relevant de la même catégorie hiérarchique ou, à défaut, et sous réserve de l’accord exprès de l’agent, d’un emploi relevant d’une catégorie inférieure. L’emploi proposé est adapté à l’état de santé de l’agent et compatible avec ses compétences professionnelles. La proposition prend en compte, à cette fin, les recommandations médicales concernant l’aptitude de l’agent à occuper d’autres fonctions au sein de la collectivité ou de l’établissement qui l’emploie.

04 – Quelles sont les conditions requises pour bénéficier d’un reclassement pour inaptitude ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le reclassement pour inaptitude physique en 10 questions

Votre e-mail ne sera pas publié

lioncougar

02/06/2011 10h08

Bonjour,
dans cet article vous ne précisez pas si un travailleur handicapé peut être placé en disponibilité d’office par son employeur si celui ci n’a pas trouvé de solutions d »aménagement de poste ou de reclaasement et s’il a épuisé tous ses droits à congé maladie…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement