Environnement

Épandages des pesticides agricoles près des habitations : l’arrêté de la discorde

Par • Club : Club Techni.Cités

Flickr / CC by CGP Grey

Le 9 novembre, le ministère de l’Agriculture va présenter un projet d’arrêté modifiant les règles d’épandage des pesticides agricoles près des habitations et des points d’eau. A quelques mois des élections présidentielles, le gouvernement ce serait probablement bien passé de ce débat délicat. Mais le nouvel arrêté doit être signé pour le 7 janvier prochain...

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

D’un côté la FNSEA qui a mobilisé ses troupes, de l’autre les associations environnementales. Cet exercice de fin de mandat, qui oppose les intérêts économiques aux enjeux de santé publique, n’est pas sans risque. Alors que le zéro phyto s’appliquera au 1er janvier pour les collectivités, leur usage intensif en agriculture devient de plus en plus difficile à justifier auprès des habitants, en particulier des riverains.

D’autant plus que deux exploitations viticoles du Bordelais viennent d’être mises en examen, suite aux malaises des élèves suite à un épandage proche d’une école primaire en mai 2014.

Les clés pour parvenir efficacement au zéro phyto

Elus aux prises avec des enjeux divergents

Le malaise est aussi côté politique. « Je suis partagé entre la défense de la viticulture, fleuron de l’économie locale, et mes sensibilités écologiques » avoue Philippe Plisson, député de Gironde. « L’idéal serait de supprimer ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

3  |  réagir

05/07/2017 02h00 - Naturea

C triste de voir c épandages tuer les abeilles empoisonné les personnes et enfants et c rivières polluées, c insupportable ils faut se regroupés et dénoncer. Chez moi. Ce sont des dizaines d abeilles que je trouve morte des chauves-souris morte sur le mur de la maison,des papillons mort également, mes voisines souffrent d’ un cancer. Il est temps que cele cesse comme si cela ne suffisait pas des maisons sortent de terre près de chez moi qui suis entourée de champs de colza,mais,blés…

Signaler un abus
11/11/2016 06h21 - Marianne

Merci monsieur ou madame pour ce commentaire pertinent. les agriculteurs s’empoisonnent eux même; on ne voit plus dans les fermes ces vieillards chenus et usés par le travail mais qui avaient tant de choses encore à dire. Autour de moi, ils meurent entre 55 et 70 ans mais ne veulent rien entendre.
Et puis, il y a tant d’autres moyens de travailler avec la terre plutôt que de l’empoisonner.
merci

Signaler un abus
09/11/2016 10h28 - CitoyenBeaujolais

Bonjour,
Le problème des produits de traitement dans l’agriculture date depuis trop longtemps.
les utilisateurs de ces produits pensent à cour terme que cela va leur faciliter le travail et leur apporter du rendement.
Mais ils se trompent, ils ne font qu’engraisser les multinationales et détruisent l’environnement.
Ils polluent la terre, l’eau, l’air et pas seulement les riverains mais aussi leurs familles pour des générations.
On voit bien dans les relevés et analyses faites au robinet tous les produits que les fournisseurs ne peuvent éliminer.
Mais leur réflexion à l’emporte pièce reflètent leurs sensibilités.
A propos des riverains qui sont à proximité de leur traitement, ils ne savent que dire.!!!
mais ils savaient bien qu’ils se feraient traités, empoisonnés !!
Pourtant il existe d’autres moyens pour pouvoir travailler la terre et avoir des produits plus sains à proposer.
Mais c’est une question de responsabilité, de respect de la vie que le plus grand nombre ne veut pas entendre.
Il faut pourtant une loi qui réglemente l’utilisation de tous ces produits destructeurs de vie.
on est nombreux à le penser et à promouvoir une agriculture raisonnée pour les générations à venir.
Cordialement

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Haute-Garonne : première OPAH copropriété dégradée en milieu rural

    Le 1er juillet, la rénovation des 133 logements de la Cité moderne d’Auterive (Haute-Garonne) dans le cadre de la première OPAH copropriétés dégradées en milieu rural de France sera inaugurée en présence des pouvoirs publics cofinanceurs, dont l’Anah qui ...

  • Code minier : une réforme très attendue et désormais presque complète 

    Le code minier vient enfin d’être réformé. Le but est de fonder une politique nationale des ressources et des usages du sous-sol. Les changements portent aussi bien sur le contenu des titres que les dossiers de demandes d’autorisation ou le contentieux. ...

  • Le sentier du littoral, une carte à jouer pour un tourisme durable

    Aménager un sentier du littoral valorise l’identité des territoires. Il se prête au développement de circuits pédestres itinérants, une nouvelle forme de tourisme durable. Les sentiers sont accessibles gratuitement aux piétons : sportifs, touristes ...

  • Éclairer la voirie pour plus de sécurité

    Dans un carrefour très fréquenté et traversé par deux lignes de BHNS, la métropole nantaise et la Semitan expérimentent une signalisation au sol lumineuse et dynamique pour matérialiser la trajectoire et l’approche des bus. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP