Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[INTERVIEW] Patrick Brenner, administateur à la région Ile-de-France

« Ces financements alternatifs ne sont pas dans l’ADN français »

Publié le 03/11/2016 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Actu experts finances, France

Patrick Brenner
Patrick Brenner PB
Selon Patrick Brenner, administrateur à la région Ile-de-France et expert auprès de l'Union européenne, qui réfléchit à la diversification des financements au sein de l'Afigese (Association finances, gestion, évalutation des collectivités territoriales), les collectivités françaises sont en retard par rapport à leurs homologues étrangères.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Peut-on décrire ces financements alternatifs comme un phénomène de mode ou une tendance pérenne ?

Encore peu de collectivités y ont eu recours. Depuis cent cinquante ans, le fonctionnement, dans notre pays, est lié à la redistribution de l’impôt, qui représente 30 % du PIB. Ces financements ne sont pas dans l’ADN français, alors que la France compte, avec la loi « Aillagon», l’une des lois les plus exemplaires sur le mécénat. Les collectivités françaises sont très loin de ce que l’on observe dans une douzaine de pays européens, sans parler des Etats-Unis. Dans ces pays, la société civile a l’habitude d’assumer les coûts des politiques culturelles, sociales ou sportives, plutôt que de les faire porter systématiquement par les pouvoirs publics. La question ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Contenu Premium

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Ces financements alternatifs ne sont pas dans l’ADN français »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement