Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme des retraites

Grève dans la FPT : entre colère et inquiétude, le mouvement s’ancre

Publié le 14/10/2010 • Par Virginie Fauvel • dans : A la une, France

Manifestation parisienne des fonctionnaires territoriaux
G. Garvanèse
15,40%, 15,75% puis 16,12% le 12 octobre 2010 : loin de s'essouffler le mouvement de protestation contre la réforme des retraites, au sein de la FPT, s'ancre dans le temps. Les syndicats affichent leur détermination à se faire entendre tout en relayant colère et inquiétudes des agents.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Nous sommes souvent en désaccord avec les chiffres émis par le ministère de la Fonction publique mais cette fois, nous partageons un constat : le taux de grévistes augmente dans la FPT », se félicite Baptiste Talbot, secrétaire national de la fédération CGT services publics. « On sent une grande détermination de la part des agents », ajoute le représentant de la principale force syndicale dans la FPT.
« On veut une amplification de l’action ; le 12 octobre, n’était pas un baroud d’honneur », avertit-il.

Un climat d’incertitude très lourd

« Mes collègues sont écartelés et assez inquiets », confie la déléguée fédérale pour la FPT de la CFE-CFC, Agnès Leura. Ce sont les personnels d’encadrement qui « sont de plus en plus sous pression », ajoute-t-elle. 
« Dans ce contexte déjà difficile, lié aussi à la crise, la réforme des retraites vient créer une nouvelle épée de Damoclès », explique la syndicaliste qui ressent un « un climat d’incertitude, très lourd par rapport à la date du départ en retraite ».

« Nous sentons les adhérents très remontés », note pour sa part Gilles Debiais, président de la fédération CFTC-Fnact qui recense « beaucoup de retour d’agents qui trouvent la confédération (CFTC, NDLR) trop molle ». « Nous sommes accusés de nous « cégétiser ». Nous sommes, il est vrai de plus en plus en marge de notre confédération », reconnait-il , au point même de pouvoir évoquer de prochains rapprochements avec l’Unsa.

Cohorte d’appels inquiets

« La mesure des 15 années de cotisation pour les mères de trois enfants m’a valu un cohorte d’appels de militants et de collègues, inquiets », a constaté de son côté le secrétaire national de l’interco FP CFDT qui craint que, dans ce contexte, « ils ne précipitent leurs départs ».

« Les territoriaux sont et restent fortement mobilisés », analyse pour sa part la secrétaire nationale de l’Unsa territoriale, Syvlie Weissler. Chez nous, certaines grandes collectivités comme Ostwald et Schiltigheim, en Alsace, ont même dû fermer les portes de services entiers », rapporte la secrétaire nationale. « C’est du jamais vu ! »

Pour Didier Rosez de FO, « le climat pourrait rapidement devenir explosif », avec l’entrée en scène des lycéens. « Les lycéens sont aussi en capacité de projection et de réflexion. C’est mesquin de la part du ministre de dire que c’est irresponsable de la part des organisations syndicales d’appeler les structures syndicales de lycéens. A un ou 18 ans, on est tout à fait capable de projection et de réflexion », considère le représentant de Force ouvrière.

Continuer à faire pression

Avant le 4e round le 16 octobre – après les trois grandes journées d’action des 7, 23 septembre et 12 octobre – les forces syndicales de la FPT affichent toutes une grande détermination à poursuivre le mouvement et faire entendre leurs doléances.

« Nous rappelons les parlementaires à leur devoir d’écoute de leur concitoyen », somme Agnès Leura, déléguée fédérale pour la FPT de confédération CFE-CGC. « Il faut continuer à faire pression. Nous appelons à participer au nouveau mouvement du samedi 16 octobre », lance-elle. « Il ne s’agit pas de demander le retrait de la réforme mais d’obtenir qu’un certain nombre de doléances comme le bouclier retraite minimum ou la prise en compte des années d’études soient entendues », rappelle-t-elle. 

Les consignes de l »intersyndicale fonction publique de la CFDT vont dans le même sens. « La ligne consiste à décider au coup par coup des nouvelles modalités d’action. Aujourd’hui nous avons le 16 octobre en ligne de mire, après on verra », balise Jean-Claude Lenay, secrétaire national de l’interco CFDT. « Nous attendons d’avoir une clause de revoyure sur les conditions d’un départ à la retraite des femmes. On sait bien que dans la FPT, il y a beaucoup de personnels féminins. Certains sont précaires, ont des carrières incomplètes et vont être visés par le changement de taquet des 65 au 67 ans. Pour nous, c’est inenvisageable », explique t-il. 

Le mouvement est plus radical du côté  de la Fnact CFTC : le but recherché est de durcir le mouvement. Le mot d’ordre est :  » grève perlée pour désorganiser les services ». « On a bien conscience que les grèves sont parfois impopulaires mais celle-ci… c’est différent », estime Gilles Debiais, président de la fédération Fnact CFTC. Pour autant, la fédération Fnact CFTC se situe toujours dans la concertation, « simplement, nous estimons qu’il existe une marge de manoeuvre dans cette réforme. On veut bien se rendre à l’évidence : il va bien falloir allonger la durée de cotisation. Mais sur l’âge légal de départ en retraite, c’est niet », tranche Gilles Debiais.

A l’Unsa territoriale, « nous laissons les sections locales libres de s’organiser », explique Sylvie Weissler. « Nous encourageons toute forme d’action comme par exemple celle de l’intersyndicale, à la CUCS de Strasbourg qui consiste à mobiliser les agents autour d’un barbecue de 11 à 14 heures », raconte t-elle.

FO pense que « le gouvernement joue avec le feu ». « Il faut durcir le mouvement si on veut obtenir le maximum de satisfactions à l’avenir », estime Didier Rosez, de FO qui souhaite voir le projet de loi purement et simplement retiré. 
« Bien sûr, il y a une réalité démographique », concède le militant. « Mais il faut tout dire : sur les gains de productivité par exemple, en 2050, le PIB sera de 4.000 milliards d’euros, c’est mathématique. Pourquoi ne pas consacrer 18% de cette richesse nationale au financement des retraites ? », s’insurge t-il. « Ce n’est pas mathématique , c’est politique ! », conclut-il.  

Sur le fond, les représentants syndicaux partagent une amertume : « depuis le début, le gouvernement n’a jamais eu l’intention de négocier ».

Le 13 octobre, le président de la République déclarait que le gouvernement ne pouvait « plus aller plus loin » dans les concessions sur la réforme des retraites. «Il est normal que cette réforme crée des mécontentements, des frustrations mais dans quelques années, on se rendra compte qu’on a sauvé le régime (de retraite) par répartition», a-t-il lancé.

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article

Sur le même sujet

marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grève dans la FPT : entre colère et inquiétude, le mouvement s’ancre

Votre e-mail ne sera pas publié

el greco

15/10/2010 08h55

sondage, comptage… les médias( pas tous ) à la botte du pouvoir et du capital s’amusent de leurs statistiques.Ce n’est pas un jeu, les agents sur l’ensemble du territoire sont conscients des enjeux de ces luttes sur le droit du départ en retraite et de son âge… .
Et si il est vrai que « le climat social reste fiévreux dans la
territoriale »certains comme à Mulhouse sont tellement fièvreux qu’ils restent cloués au lit.J’ai personnellement un remède de cheval :-) Prendre l’air, l’air libre, ça fait tomber la fièvre et pas seulement.
Allez au 16 octobre, au19 et à la suite……

lionel

15/10/2010 05h17

Je ne comprend pas le mouvement de grève de la FPT. Que veulent-ils changer ou préserver ?

pistache

18/10/2010 09h51

Ce sont des fonctionnaires qui préfèrent voir les plus jeunes non assurés du paiement de leurs retraites dans 50 ans.
Il faudrait vraiment que les français arrêtent de se voiler la face.
Tout comme un ménage , l’Etat français ne peut pas s’endetter sans arrêt.

Par ailleurs, moi-même fonctionnaire : je n’ai jamais fait grève car j’aurai manqué rendre service à ceux qui ont besoin de mon aide.
Les fonctionnaires -du moins certains- oublient qu’ils sont au service des autres. Dommage !

Jérémi Toulouse

15/10/2010 07h57

Le tour des positions syndicales serait presque complet si Solidaires / SUD Collectivités Territoriales avait été contacté par le journaliste… SUD n’est finalement représenté que sur la photo qui accompagne l’article.

Cela n’aurait pas manqué de rééquilibrer le sentiment général de l’article, plutôt mitigé et « inquiet », et donner une vision plus dynamique de la mobilisation et de ses perspectives !

natjed

18/10/2010 02h04

je regrette, mais je ne suis absolument pas d »accord avec vos positions!
je suis fonctionnaire FPT (et syndiquée) et qu’est-ce ce que je veux??? comme tout le monde, vivre et vivre le mieux possible.
La réforme des retraites est indispensable, oui, mais pas dans ces conditions là!!!!
Travailler plus longtemps, ok, cotiser plus, pourquoi pas, mais toucher moins en retraite…. qui n’a pas l’impression de se faire avoir là???
les dirigeants, quels qu’ils soient, ne montrent pas franchement l’exemple…

Vous dites ne jamais faire grève pour LE service rendu au public… c’est beau mais sous prétexte du service public, on n’a pas non plus à se faire avoir sur toute la ligne et en gardant le sourire en plus!
et pour rappel historique, vos 5 semaines de congés payés vous ne les auriez pas s’il n’y avait pas eu de grévistes!!!!

alors, oui, au 19/10 et à la suite!!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement