logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/464876/gemapi-ces-intercos-qui-prennent-les-devants/

INONDATIONS
Gemapi : ces intercos qui prennent les devants
Laurence Madoui | A la une | A la une | actus experts technique | France | Publié le 10/10/2016 | Mis à jour le 15/05/2018

Quelques dizaines d’intercommunalités ont d’ores et déjà pris la compétence Gemapi, qui sera obligatoire au 1er janvier 2018 (loi « Notre »). Particulièrement exposés au risque, les « territoires gemapiens » pionniers s’attellent à la clarification du paysage institutionnel, foisonnant d’acteurs souvent sous-outillés. Un travail au long cours.

C’est un signe de l’appropriation par les élus de la problématique « Gemapi ». « Aujourd’hui, mon président en parle comme s’il en avait toujours fait », claironne Fanny Lebarbier, chargée de mission à la communauté de communes du Cher à la Loire (Loir-et-Cher, 8 communes, 13 200 hab.). Une satisfaction à contre-courant du sentiment dominant : « les élus étaient déjà peu versés dans la thématique de l’eau – en particulier ceux en poste depuis 2014 -, ils vont l’être de moins en moins, redoute un président de commission locale de l’eau de l’Ouest de la France. Leur parler de Gemapi est la meilleure façon de ne pas les revoir à la prochaine réunion ! ».

Les établissements de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI-FP) devront pourtant exercer la compétence de « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (Gemapi) au 1er janvier 2018, aux termes de la loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (Notre) du 7 août 2015.

Gemapi : les principales nouveautés au 1er janvier 2018

Candidats naturels

Quels facteurs ont poussé les intercos à se saisir avant l’heure de la ...

CHIFFRES CLES

Agenda évenements :

Journée d’étude « Gemapi »
Tirez parti de la période transitoire 2018-2020
26 juin 2018 - Paris


POUR ALLER PLUS LOIN