Inondations

Gemapi : ces intercos qui prennent les devants

| Mis à jour le 15/05/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

Quelques dizaines d’intercommunalités ont d’ores et déjà pris la compétence Gemapi, qui sera obligatoire au 1er janvier 2018 (loi « Notre »). Particulièrement exposés au risque, les « territoires gemapiens » pionniers s’attellent à la clarification du paysage institutionnel, foisonnant d’acteurs souvent sous-outillés. Un travail au long cours.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est un signe de l’appropriation par les élus de la problématique « Gemapi ». « Aujourd’hui, mon président en parle comme s’il en avait toujours fait », claironne Fanny Lebarbier, chargée de mission à la communauté de communes du Cher à la Loire (Loir-et-Cher, 8 communes, 13 200 hab.). Une satisfaction à contre-courant du sentiment dominant : « les élus étaient déjà peu versés dans la thématique de l’eau – en particulier ceux en poste depuis 2014 -, ils vont l’être de moins en moins, redoute un président de commission locale de l’eau de l’Ouest de la France. Leur parler de Gemapi est la meilleure façon de ne pas les revoir à la prochaine réunion ! ».

Les établissements de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI-FP) devront pourtant exercer la compétence de « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (Gemapi) au 1er janvier 2018, aux termes de la loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (Notre) du 7 août 2015.

Gemapi : les principales nouveautés au 1er janvier 2018

Candidats naturels

Quels facteurs ont poussé les intercos à se saisir avant l’heure de la ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

1  |  réagir

13/10/2016 07h29 - pov citoyen

Bravo aux élus qui prennent leurs responsabilités, honte aux autres qui ne cherchent qu’honneurs et indemnités.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Plan algues vertes : de timides évolutions sous la contrainte

    Face aux multiples critiques, la préfecture de Bretagne, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et l’ARS ont présenté quelques nouveaux outils qui vont être déployés dans le prochain plan algues vertes. Réglementairement, les zones soumises à contraintes ...

  • Comment Névian veut participer au renouvellement de son parc éolien

    Les premiers renouvellements de parc éoliens âgés de plus de vingt ans commencent en Occitanie. La commune de Névian (Aude) et le Syaden souhaitent entrer au capital du futur parc renouvelé dans les prochaines années par Engie Green. ...

  • Le bioGNV, une opportunité pour décarboner et développer les territoires

    L’association française du gaz naturel véhicules (AFGNV) vient de présenter son panorama du bioGNV en 2021. L’importance des collectivités locales dans le développement de la filière a été rappelée. ...

  • Quels moyens financiers pour le ZAN ?

    A travers un rapport présenté ce 29 juin à la commission des finances du Sénat, le sénateur Jean-Baptiste Blanc formule plusieurs propositions pour intégrer un volet non prévu par l’Etat, en vue de l’atteinte de l’objectif Zéro artificialisation nette ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP