Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Masse salariale : la gestion prévisionnelle, un outil trop peu utilisé

Publié le 12/10/2016 • Par Claire Chevrier • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Phovoir
Peu de collectivités mènent une gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC). Les écueils peuvent ainsi être nombreux. Le besoin de maîtriser la masse salariale et les réformes territoriales pourraient cependant la remettre au goût du jour.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« La GPEEC est vue par les collectivités comme quelque chose de très complexe, un serpent de mer. Il est vrai que, si on la lance tous azimuts, on prend le risque que la direction des ressources humaines (DRH) rentre dans un big bang interne qui n’aboutit pas », reconnaît Aline Crépin, directrice du pôle public de la société d’intérim Randstad.

Voulant bâtir un système trop complet tout de suite, certaines DRH se sont perdues en cours de route : la GPEEC n’était plus pour elles un outil mais devenait une fin en soi. Avec le poids des contraintes financières et la nécessité de réduire les budgets de fonctionnement, les directeurs généraux des services (DGS) et les élus ont aujourd’hui l’œil rivé sur les évolutions de leur masse salariale.

« Une vue à moyen terme des effectifs »

« Cela remet sur le devant de la scène la GPEEC, car il y a une nécessité d’avoir une vue à moyen terme des effectifs pour contrôler cette masse salariale », constate Cécile Chapdelaine, directrice générale adjointe (DGA) RH de la ville et de la communauté d’agglomération de Blois (1 500 agents, 108 000 hab., Loir-et-Cher). Redéployer les agents d’un poste à l’autre pour éviter les recrutements externes constitue, en effet, un bon levier pour jouer sur la masse salariale. Cependant, il est important de garder à l’esprit, que « les effets d’une GPEEC ne sont pas immédiats », prévient Aline Crépin.

Espérer un retour sur investissement à court terme serait s’exposer à une grosse désillusion. Car mettre en place les outils, faire monter en compétences les agents et accompagner leur mobilité exige du temps ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Masse salariale : la gestion prévisionnelle, un outil trop peu utilisé

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement