logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/463050/attributions-des-logements-sociaux-developper-lingenierie-condition-sine-qua-non/

MIXITÉ SOCIALE
Attribution des logements sociaux : développer l’ingénierie, condition sine qua non
David Picot | France | Publié le 30/09/2016 | Mis à jour le 03/10/2016

Afin de mettre en place leur politique d’attribution et de ne pas se laisser guider par leurs partenaires, bailleurs en tête, les intercos doivent développer leurs moyens d’ingénierie. Pas simple...

« C’est un travail très lourd, comme un mini-programme local de l’habitat à sortir sur les attributions », résume Michaël Mollet, directeur du service « habitat » au sein de la communauté d’agglomération (CA) du pays Voironnais (34 communes, 92600 hab., Isère). Avant d’ajouter : « Pour une intercommunalité qui, contrairement à nous, n’a pas d’habitudes de travail sur ce sujet, il est impossible d’intégrer à moyens constants la réforme en cours sur les politiques d’attribution des logements sociaux. »

Limoges métropole (19 communes, 206 800 hab.) tente justement d’opter pour une « montée en puissance progressive », souligne Paul Anglerand, DGA chargé de l’habitat. « Nous allons redéployer des missions et recruter un technicien chargé du suivi de la convention d’attribution et du travail sur les données. »

État peu compétent

Car les communautés ne peuvent en effet compter que sur elles-mêmes. Malgré la concertation menée par le ministère du Logement, « les services de l’Etat sont plutôt démunis sur ces sujets d’attribution », glisse Anne-Katrin Le Doeuff, directrice générale déléguée à Espacité. Avec la création du Club des acteurs de la réforme qui recense 47 EPCI membres et 5 en ...

POUR ALLER PLUS LOIN