Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports urbains

Le Nord-Pas-de-Calais candidat à un RER

Publié le 06/10/2010 • Par Olivier Ducuing • dans : Régions

Lille-Hénin-Beaumont en métro à la fois enterré et aérien : c'est le projet déposé par le conseil régional Nord-Pas-de-Calais dans le cadre du 2ème appel à projets du Grenelle de l'environnement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le chantier, évalué à 720 millions d’euros, porte sur la création d’un transport en commun en site propre (TCSP) de 30 kilomètres de long, qui desservira entre autres l’aéroport de Lille-Lesquin.
L’infrastucture est conçue comme une sorte de RER nordiste, avec une fréquence d’un train toutes les 5 minutes aux heures de pointe.

Daniel Percheron, qui souligne un consensus des collectivités locales sur le dossier, espère 100 à 200 millions d’euros de participation de l’Etat.
L’investissement nécessiterait  :

  • 200 millions d’euros au titre des ouvrages d’art,
  • 230 millions pour la voie et les stations,
  • et 65 millions pour le matériel roulant.

Ambition de draîner 25.000 voyageurs par jour

La desserte fonctionnerait avec 10 à 12 rames capables de rouler à 160 km/h et d’une capacité de 250 places chacune.
L’ambition affichée est de drainer un volume de 25.000 voyageurs par jour, pour désengorger l’autoroute A1 en thrombose quotidienne à l’entrée de Lille. La ligne, qui pourrait être créée à l’horizon 2020, démarrerait dans le sous-sol de la gare Lille-Flandres pour s’achever à la « fosse Sainte-Henriette », qui servirait d’interconnexion avec les deux réseaux de tramway du Douaisis à l’est, de Lens-Liévin à l’Ouest. Le dossier doit faire l’objet d’un arbitrage du ministère des transports courant décembre.

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Nord-Pas-de-Calais candidat à un RER

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement