Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

14 propositions du ministère de la Culture aux collectivités

Publié le 04/10/2010 • Par Hélène Girard • dans : Dossiers d'actualité

Force est de constater que les « 14 propositions pour le développement de la lecture », présentées le 30 mars 2010 par le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, n’ont guère eu d’écho dans les collectivités. Pour s’en rendre compte, il suffisait d’interroger les bibliothécaires lors de leur congrès de juin dernier, à Tours. Au ministère, le service du livre et de la lecture n’a guère reçu de demandes à ce sujet. D’où la nécessité de relancer la démarche pour cet automne.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Les chantiers et défis de la lecture publique

Le modus operandi, assez inhabituel, adopté par Frédéric Mitterrand explique sans doute, en partie, que le message ne soit pas passé. « Il ne s’agit pas d’un nième plan pour la lecture », insiste Nicolas Georges, directeur du service du livre et de la lecture. Le ministre a mis sur la place publique des pistes de travail, qui sont à partager avec les acteurs locaux. Le principe est de mobiliser tous les acteurs autour d’une ambition commune. »

Le service du livre et de la lecture lance donc un nouvel appel aux collectivités pour qu’elles se saisissent de ces propositions. Avec l’espoir de signer rapidement un certain nombre de conventions et d’être en mesure de faire un premier bilan en septembre 2011, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), lors des premières assises nationales de la lecture publique.

La genèse de l’initiative

Depuis le programme des bibliothèques municipales à vocation régionale (1992) et celui des ruches [bibliothèques de proximité en milieu rural ou dans les quartiers périphériques, ndlr] (2003), les locataires de la rue de Valois n’avaient plus guère porté de parole forte sur la lecture publique.
Sur ce sujet, le ministre de la culture n’est d’ailleurs pas en première ligne : ce sont les collectivités territoriales qui occupent le rôle principal avec la construction et la gestion des bibliothèques municipales et départementales. L’Etat, lui, intervient principalement à travers les deux grandes institutions nationales que sont la Bibliothèque nationale de France, et la Bibliothèque publique d’information (Beaubourg), et l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib).Viennent ensuite, les nombreuses associations de promotion du livre et de la lecture, très actives sur le terrain.

A l’automne 2009, les résultats de l’enquête régulière du département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) sur « les pratiques culturelles des Français » ont inquiété le ministre : on y constate la lente érosion de la lecture traditionnelle, et, corrélativement, la progression des nouveaux usages liés à la « culture de l’écran », qui structure l’univers des 14-25 ans. De quoi l’inciter à reprendre la parole sur ce sujet et à jouer un rôle incitatif pour faire évoluer le monde des bibliothèques.
« Ma conviction est que cette évolution n’est absolument pas irréversible, que cette érosion n’est nullement inexorable », insistait Frédéric Mitterrand le 30 mars 2010, lors de la présentation de ses 14 propositions. A condition, d’avoir « une volonté politique sans faille » de redonner le goût de la lecture et d’accompagner l’adaptation des bibliothèques publiques aux évolutions technologiques et culturelles.

Un programme de travail qui engage l’avenir des bibliothèques
Les propositions de Frédéric Mitterrand mobiliseront un total de 100 millions d’euros. Elles se déclinent en trois grands axes : l’avenir des équipements, les projets innovants à piloter ou à accompagner, l’observation du secteur avec des outils appropriés.
Tour d’horizon des démarches concernant directement les collectivités.

1 – L’avenir des équipements de lecture publique

L’extension des horaires des 50 plus grandes bibliothèques à 50 heures par semaine constitue un objectif prioritaire à atteindre d’ici à 2015. Cette démarche fera l’objet d’un appel à projets, année après année, jusqu’en 2013.

D’ores et déjà, depuis 2008, elle fait l’objet d’une expérimentation dans quatre communes : Troyes, Meudon, Montreuil et Bordeaux. L’Etat apportera aux communes volontaires pour s’engager dans cette voie une aide financière dégressive sur trois ans. Ces crédits serviront à couvrir le coût des postes de vacataires, à hauteur d’un tiers environ. A partir de 2011, l’Etat accompagnera 8 à 10 projets par an. La montée en charge du programme s’accompagnera de l’élaboration d’un guide des bonnes pratiques à destination des collectivités.

« Cette démarche implique un bon dialogue avec les élus », observe Nicolas Georges. Nous sommes preneurs de solutions innovantes émanant du terrain. Evidemment, l’écueil majeur reste le dialogue social à conduire dans chaque équipement en amont de l’extension des horaires. » L’appel à projets est téléchargeable sur le site de la direction des médias et des industries culturelles.

Des contrats numériques sont proposés aux collectivités. Objectifs : mettre les bibliothèques territoriales en phase avec la « culture de l’écran » pour préserver leur rôle culturel et social ; permettre la conquête de nouveaux publics, grâce à la généralisation de sites internet, portails d’accès aux multiples ressources du web, services à distance, services d’autoformation etc.

Le ministère de la culture fait précisément 4 propositions aux élus :

  1. équiper toutes les bibliothèques des communes de plus de 20 000 habitants d’ici à 2015 ;
  2. étendre les modalités de financement de l’équipement informatique par un recentrage du concours particulier de la dotation globale de décentralisation (DGD) sur les thématiques numériques. La DGD restera néanmoins mobilisable pour certains projets de construction ;
  3. nouer des partenariats spécifiques avec 5 grandes bibliothèques ou fonds régionaux pour constituer des grandes bibliothèques numériques de référence. « Ce ne sont pas les crédits qui manquent, mais les projets structurants », observe Nicolas Georges. Il faut des équipes compétentes et développer l’expertise au sein de pôles régionaux. ». L’identification de ces pôles est en cours ;
  4. adapter la mise à disposition (gratuite) des conservateurs d’Etat au sein des équipements territoriaux par le biais de conventions orientées vers l’expertise numérique.

Concours particulier : accès élargi pour les communes et les EPCI

Les crédits que l’Etat consacre au développement des bibliothèques territoriales sont inscrits depuis 1986 au sein de la dotation de globale de décentralisation (DGD) et font l’objet d’un mécanisme appelé « concours particulier ». Cogérés par les ministères de la culture et de l’intérieur, ils figurent dans le budget de ce dernier (programme 122).
La récente révision du concours particulier par le décret 157 du 9 juillet 2010 ouvre l’accès de ces crédits aux communes et EPCI de plus de 60 000 habitants. Jusqu’ici, le seuil était fixé à 80 000 habitants.

2 – Le développement des projets innovants

Des contrats « territoires-lecture » vont être proposés aux collectivités, pour promouvoir des projets ciblés sur des quartiers périphériques ou des territoires ruraux et susceptibles de développer la pratique de la lecture. Ils bénéficieront d’une enveloppe globale de 2 millions d’euros, pour financer 50% des projets.
Cette démarche doit être précédée d’une phase de consultation avec les élus locaux et les associations de promotion de la lecture pour faire émerger les attentes et les besoins. Le ministère espère signer les premières conventions à la fin de l’année.

L’opération « Premières pages » va être renforcée. Elle consiste à remettre aux familles, à chaque nouvelle naissance, un album original et un guide pour la lecture. L’Ain, le Lot, la Seine-et-Marne, les Pyrénées-Orientales, la Savoie et le Puy-de-Dôme en sont d’ores et déjà les pionniers.
L’objectif est de toucher la moitié des départements d’ici à 5 ans, puis, l’ensemble du territoire. L’opération a vocation à être conduite avec les professionnels de la petite enfance et les bibliothèques. Elle est financée par le ministère de la culture (1000 000 euros), la Caisse nationale des allocations familiales (150 000 euros), les CAF et les conseils généraux (30 000 euros par département).

Le développement et la coordination des services numériques
Le ministère de la culture veut créer un « groupe de travail numérique des bibliothèques françaises » au sein du Conseil du livre. Cette instance aura pour mission de mettre en œuvre les 11 recommandations du rapport « Schéma numérique des bibliothèques », rédigé en 2009 par le groupe de travail interministériel et interprofessionnel présidé par Bruno Racine, président de la BnF.
Il s’agira notamment :

  • d’organiser un développement concerté de la numérisation au sein des bibliothèques (numérisation partagée, définition de nouveaux services aux lecteurs, acquisition de ressources numériques au niveau national, mutualisation d’infrastructures…) ;
  • de définir des licences pour favoriser l’accès aux contenus numériques ;
  • d’élaborer un plan de développement du livre numérique ;
  • de mettre en place une instance nationale de conservation numérique.

Ce programme sera financé par des redéploiements de crédits au fur et à mesure et par environ 50 millions d’euros provenant des recettes du grand emprunt.

3 – La connaissance et le suivi du secteur

La modernisation des outils de connaissance de l’activité des bibliothèques (Observatoire de la lecture publique), lancée à l’automne dernier (lire l’entretien avec Nicolas Georges datée du 20 novembre 2009) entre dans sa phase opérationnelle. Avec l’élargissement du champ d’observation de 4000 à 16 000 lieux de lecture, l’adaptation aux échanges internationaux de données, la restitution dynamique (cartographie) des résultats via internet.
Le ministère ambitionne de mettre à la disposition des collectivités, pour la fin de l’année, « un outil d’aide à la décision » rénové et reflétant mieux la réalité des équipements.
25 000 euros sont consacrés à ce projet. 7 départements pilotes ont d’ores et déjà adopté le nouveau système (Finistère, Dordogne, Gironde, Essonne, Val d’Oise, Drôme, Aisne).

Un système d’information partagé va être proposé aux collectivités. Il s’agira de prendre en compte et de pallier la dispersion et l’hétérogénéité des données et des acteurs de la politique du livre. Objectif : « mettre en cohérence l’action publique et accroître sa visibilité ». L’ensemble du secteur et des intervenants sera donc concerné par ce dispositif, compétences facultatives comprises.
« Arrêtons de nous renvoyer la balle, estime Nicolas Georges, ayons plutôt des photographies régulières de nos compétences et de nos crédits. »

Ces informations porteront sur deux axes : les données financières, afin d’avoir une vision d’ensemble des différentes interventions ; la collecte et la mise à disposition des bonnes pratiques et expériences innovantes, moyen de valoriser la créativité et les efforts de nombreux territoires.
Le ministère de la culture appelle donc les collectivités volontaires à se déclarer, afin de pouvoir commencer à expérimenter la collecte de telles informations et de consolider progressivement les collaborations entre partenaires.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

14 propositions du ministère de la Culture aux collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement