logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/461181/francois-hollande-souhaite-moderniser-la-politique-daide-aux-victimes/

AIDE AUX VICTIMES
François Hollande souhaite moderniser la politique d’aide aux victimes
Hugo Soutra | A la Une prévention-sécurité | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 19/09/2016 | Mis à jour le 26/09/2016

Lors d’une cérémonie d’hommages aux victimes du terrorisme, François Hollande a annoncé la réforme du système d’indemnisation, au nom « de la solidarité de la Nation » avec les personnes décédées, leurs familles endeuillées, les blessés et les témoins. Face à la récurrence d’attentats de grande ampleur, le président de la République est revenu plus globalement sur sa volonté de moderniser le fonctionnement de la politique d’aide aux victimes.

Depuis le 7 janvier 2015 et la multiplication d’attentats islamistes sur le sol français, le terrorisme a changé d’échelle. Mais qu’en est-il de la prise en charge des victimes ? « L’organisation de l’Etat, le  comportement des administrations et les règles d’indemnisation ne peuvent plus rester les mêmes », a déclaré le président de la République François Hollande, intervenant lundi 19 septembre au cours de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme organisée par trois associations (AFVT, FENVAC, 13onze15) dans les jardins de l’hôtel des Invalides :

Quelques instants après les hommages émouvants d’associations de victimes, François Hollande a exprimé son souhait de parvenir à une indemnisation « juste et transparente. Juste, parce que notre effort de fraternité doit se faire dans le respect de cet autre principe qui nous est cher : l’égalité. Transparente, parce que la relation humaine doit fonder les décisions du Fonds de garantie et non pas des critères mécaniques. C’est pourquoi, je l’annonce ici, son fonctionnement et ses règles seront réformés. »

FGTI : de la bureaucratie à la transparence ?

Bien qu’elle ne soit guère détaillée ni accompagnée d’un calendrier précis, cette annonce correspondait à une demande de plusieurs associations d’aide aux victimes. Ces dernières ne cachant plus leur scepticisme face aux règles « discrétionnaires » et bureaucratiques du fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI).

« D’après ...

POUR ALLER PLUS LOIN