Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Lutte contre le terrorisme

Accès aux fiches S : les associations d’élus prennent position

Publié le 14/09/2016 • Par Hugo Soutra • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

fiche fichier radicalisation
capture / France 2
Les maires d’Evreux et d’Aulnay-sous-Bois ont à leur tour demandé, début septembre, aux services de l’Etat de leur communiquer les identités des individus « fichés S. » La revendication n’est pas nouvelle. Cependant, après France urbaine, c’est au tour de l’Association des maires de France (AMF) de prendre ses distances avec cette requête.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’Etat doit-il communiquer les noms des individus « fichés S » aux élus locaux ? Depuis plusieurs mois, des élus de droite pour l’essentiel réclament l’accès à ce fichier sensible – alimenté par les services de renseignement.

A l’occasion de leur rentrée politique, plusieurs maires ont relancé la polémique. C’est notamment le cas de Bruno Beschizza, premier édile (LR) d’Aulnay-sous-Bois, ancien syndicaliste policier et soutien de Nicolas Sarkozy, qui a réitéré sa demande, le 7 septembre, dans les colonnes du Parisien.

Le mot d’ordre est sensiblement le même chez Guy Lefrand, maire (LR) d’Evreux. « Il est de mon devoir de protéger la population et donc de connaître les personnes employées par la mairie ainsi que les habitants qui figurent dans les fichiers S de la police Elles représentent ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Accès aux fiches S : les associations d’élus prennent position

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement