Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets

Emballages : les collectivités maintiennent leur « blocus »

Publié le 01/10/2010 • Par Laurence Madoui • dans : A la une, France

Collecte de déchets
F. Stijepovic
Les représentants des collectivités ont à nouveau déserté la réunion où devait être votée, le 29 septembre, l’enveloppe de soutiens d’Eco-Emballages aux autorités locales pour la période 2011-2016.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comme lors de leur première défection, le 14 septembre, ils jugent le montant de 640 millions d’euros, proposé par la société au Point vert, très en deçà de leurs revendications, à savoir « a minima 782 millions d’euros ».
« Les élus ne demandent rien d’autre que la stricte application de la loi Grenelle 1 qui prévoit une couverture des coûts à hauteur de 80 % des coûts nets de référence d’un service de collecte et de tri optimisé », soulignent les associations Amorce et Cercle national du recyclage dans un communiqué commun. Ces 80 % de prise en charge, visés pour 2012, doivent correspondre à un taux de recyclage des emballages de 75 % à la même date.

Nous restons déterminés sur le taux de 80 % de financement, déclare Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce. Soit un montant global de 780 et non 640 millions. Les 140 millions de différence que ne financerait pas le Point vert se prélèveraient forcément dans la taxe ou la redevance d’enlèvement des ordures ménagères.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emballages : les collectivités maintiennent leur « blocus »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement