Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Gestion de patrimoine

Quand les maires déplacent des montagnes pour leur école

Publié le 09/09/2016 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, France

A Trébédan, l’école « œuvre d’art » Le Blé en herbe, en partie financée par la Fondation de France, a ouvert ses portes en septembre 2015.
A Trébédan, l’école « œuvre d’art » Le Blé en herbe, en partie financée par la Fondation de France, a ouvert ses portes en septembre 2015. PHILIPPE PIRON
Pour les maires ruraux, l’école est vitale. La rénover est souvent indispensable pour éviter la dévitalisation de leur territoire. Afin d’y parvenir, ils déploient des trésors d’ingéniosité, sans pour autant mettre à mal les finances locales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«L’envie d’avoir des enfants qui courent sur la place du village, ça n’a pas de prix ! » lance Marc Tauleigne, maire de Gluiras (400 hab., Ardèche), qui investit chaque année 10 % du budget communal dans son école, alors qu’elle ne concerne que douze familles. C’est à cette idée que se raccrochent nombre de maires ruraux, foncièrement attachés à préserver leur école, « pour ne pas devenir un village de retraités », comme l’explique le maire ardéchois.

Les habitants de Gluiras se répartissent sur 100 hameaux et 2 500 hectares. « Dans les hameaux, il n’y a pas d’enfants. Nous n’attirons les familles que grâce à notre parc de 18 logements locatifs communaux », admet le maire. La commune ayant fait l’effort de construire ce parc locatif pour rajeunir sa population, elle ne pouvait pas se ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand les maires déplacent des montagnes pour leur école

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement