Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

D comme désertification

Publié le 10/04/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Un lieu se transforme en désert sous l’effet d’une évolution de la nature. Alors penser à l’espace géographique où la vie végétale est rare voire absente et apprécier l’image du désert dans le mot désertification ? Ou revenir à l’origine latine et l’étymologie qui dit davantage ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Composée des verbes deserere (abandonner, négliger) et facere (faire) auxquels s’ajoute le suffixe – atio pour rendre compte de l’action, la désertification signifie « l’action de rendre un espace à l’abandon ». Un territoire se vide de sa population entraînant la « disparition plus ou moins totale de toute activité dans une région », selon le Larousse en ligne.

Vincent Fromentin explique que l’application du terme au monde médical remonte à 1991, dans la bouche de Michel Debré à propos de la « chute des hôpitaux généraux ». Consacrée dans le rapport du professeur Yvon Berland en avril 2005, la « désertification médicale » est alors jugée « limitée ». L’emploi du mot se répète pourtant, imposant la représentation d’un phénomène naturel et inévitable.

La désertification médicale n’est-elle pas l’écho de la désertification des campagnes, apparue dès 1850 ? L’usage se fige et évoque la démédicalisation de certains territoires de santé, résultat d’une action – ou d’une inaction – politique, suggérant une fatalité irréversible. Les ressorts psychologiques d’un mythe catastrophiste sont activés.

Employé à gogo, le concept de désertification, symptôme d’une dégradation définitive, empêche de poser les enjeux sociologiques, économiques, anthropologiques et territoriaux de l’accès à la santé au sens de l’organisation mondiale de la santé. Il valide a priori toute stratégie de transformation d’un système supposé à bout de souffle.

Analysant la « désertification », fut-elle la manifestation d’une fracture sanitaire, Alain Rey donne « une simple leçon de mots » : c’est la « séparation » d’avec « la communauté humaine », source de rupture et d’exil.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

D comme désertification

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement