Risques naturels

Stratégies locales du risque inondation : les collectivités ne seront pas prêtes

| Mis à jour le 15/05/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

Flickr CC by jean-louis Zimmermann

Les premières stratégies locales de gestion du risque inondation (SLGRI) ont été adoptées cet été en région. Mais pour l’instant, ces mesures concernent seulement deux territoires à risque d’inondation (TRI) sur 122 au niveau national. Or, l’échéance fixée pour leur adoption est décembre prochain. Un délai intenable. Même –et parfois surtout -pour les territoires ayant déjà un programme d'actions et de prévention des inondations (PAPI).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Inondations : apprendre à prévenir et à gérer le risque

Le territoire à risque d’inondation de Châtellerault, dans le département de la Vienne, est le premier à avoir adopté sa stratégie locale de gestion du risque inondation (SLGRI). Celle-ci a été validée par arrêté préfectoral le 22 juillet 2016. Suivie de peu (quinze jours après) par celle de Dax, dans le département des Landes.

L’obligation de mettre en oeuvre une SLGRI découle de la directive inondation de 2007, transcrite en droit français en 2010. Si la directive vise uniquement les six grands bassins hydrographiques, la France a ajouté deux autres niveaux géographiques : l’échelle nationale et locale. 122 territoire à risque d’inondation (TRI) ont ainsi l’obligation de rédiger une SLGRI. Leur périmètre est très variable, de quelques communes à plus de 50. Ces TRI se classent en trois catégories (fluvial, submersion ou les deux à la fois) et visent une population exposée au risque de plus de 15 000 habitants.

à lire aussi
Inondations : quand les modèles hydrologiques prennent l’eau

SLRGI : un PAPI plus mûri

Contrairement aux programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI) déjà existants, la SLGRI a un caractère obligatoire. Pour rappel, les premiers PAPI ont été lancés par un appel à projets de l’Etat en 2005 et les seconds en 2010. Les collectivités locales volontaires en sont à l’initiative. Les PAPI définissent également une stratégie, puis un plan d’actions qui peut bénéficier d’aides de l’Etat (fonds Barnier).

Mais la logique des premiers PAPI est sensiblement différente de celle de la SLRGI. « Dans les PAPI, on était surtout dans une logique ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP