Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus

Les inspecteurs d’Académie « fantômes » se recyclent en région Centre

Publié le 24/09/2010 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

La présidente du département d’Indre-et-Loire et le président de l’agglomération de Blois passent un concours pour bénéficier d’un statut moins contesté.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En révélant le 21 septembre qu’elle avait échoué au concours d’inspecteur d’Académie-inpecteur pédagogique régional, Claude Roiron, présidente socialiste du conseil général d’Indre-et-Loire vient de jeter une nouvelle lumière sur le corps des 22 inspecteurs de l’Académie de Paris.

En février 2010, un rapport de la Cour des comptes dénonçait les emplois de « complaisance » de ces 22 inspecteurs et leurs conditions de nomination, de travail et de rémunération.
La Cour parlait de « survivance historique injustifiée » destinée essentiellement à employer des amis politiques.

Dans le Centre, deux élus socialistes sont bénéficiaires de ce statut contesté : Claude Roiron, présidente du conseil général d’Indre-et-Loire et ancienne du cabinet de Claude Allègre et Christophe Degruelle, président de la communauté d’agglomération de Blois et ancien directeur de cabinet de Jack Lang.
Ce corps doit cependant disparaître en 2011 obligeant ces « inspecteurs fantômes » à se recycler en passant le concours d’inspecteur d’Académie-inspecteur pédagogique régional. Un concours sur titres et avec entretien réputé facile, auquel Claude Roiron a pourtant échoué à la grande joie de ses adversaires qui ont popularisé l’information.
La présidente du département explique que l’intégration dans le nouveau corps des IPR se fait sur des critères de jeunesse. « Je fais partie des plus jeunes, insiste-t-elle, donc je n’étais pas, je ne suis pas prioritaire ».
Christophe Degruelle, de son côté, a réussi en se classant premier au concours ce qui lui vaut une nomination dans sa région, l’Académie Orléans-Tours.

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les inspecteurs d’Académie « fantômes » se recyclent en région Centre

Votre e-mail ne sera pas publié

Remi

25/09/2010 10h53

Reste le cas de tous ces inspecteurs généraux fantômes (ou presque) de Bercy mais que la Cour des comptes ne vérifiera jamais et pour cause, sans parler des Conseiller d’Etat quasi fantômes…

did

27/09/2010 09h40

Et Bercy ? C’est toujours ce ministère qui se contrôle lui-même ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement