Ville intelligente

Objets connectés : de l’optimisation de coûts aux services de demain (1/4)

| Mis à jour le 08/02/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

M. Gobert - La Gazette

Des compteurs intelligents aux capteurs environnementaux, les territoires s’équipent d’objets communicants… Parfois sans s’en rendre compte. L’internet des objets pousse à sortir des carcans, en faisant fonctionner entre eux des outils qui n’ont aucun lien et en croisant des données incommensurables pour développer de nouveaux services. Le laisser-faire atteint ses limites. Et il semble temps d’harmoniser ses choix et de peser sur ceux de ses prestataires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Rarement un nouveau concept n’a aussi bien porté son nom. L’internet des objets a le même objectif que son aïeul : la mise en réseau. Après les équipements informatiques, ce sont aux bornes de recharge de véhicules électriques, aux sondes météorologiques et autres candélabres d’apprendre à échanger des informations. Mais l’« Internet of Things » (IOT) épouse surtout l’histoire de son prédécesseur.

Dans les années 90, tout le monde saluait avec enthousiasme le réseau des réseaux et tentait de s’y faire une place. Personne n’était capable de dessiner l’outil tel qu’il existe aujourd’hui. Pour les collectivités, l’histoire se répète. Pas question de passer à côté des objets connectés. Et pas question non plus de parier sur tout et n’importe quoi.

Lire aussi :

Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ?

Appréhender son environnement

L’offre des industriels foisonne, et mieux vaut apprendre à faire le tri… En commençant par avoir conscience de ce que l’on fait déjà. Avant même de chercher à innover, les objets connectés sont d’abord des valeurs sûres qui ne cessent de se perfectionner, comme les caméras de surveillance ou les sondes, par exemple, dont la plupart des villes sont équipées pour évaluer le nombre de véhicules qui transitent sur les grands boulevards, leur densité ou leur vitesse moyenne. Objectifs : actionner des feux de signalisation ou diffuser l’état du trafic en temps réel.

La miniaturisation des composants, parfois portés sur silicium, leur donne une seconde jeunesse. Carottés dans la chaussée, les équipements ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP