Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Vu d'ailleurs] Télémédecine

L’Ontario impulse un changement dans la manière de dispenser les soins

Publié le 19/03/2018 • Par Laure Martin • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Au Canada, la télémédecine fait partie intégrante du système de santé depuis une quinzaine d’années. En Ontario, plus de 750 000 actes ont été réalisés en 2016 mais les autorités veulent aller plus loin.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En Ontario, c’est le gouvernement provincial qui prend à sa charge les frais de voyage, de nourriture ou d’hôtel si un patient a besoin de se déplacer pour recevoir des soins. C’est l’une des raisons expliquant l’essor de la télémédecine. La province est organisée en réseaux locaux d’intégration des services de santé qui regroupent plusieurs hôpitaux au sein desquels des salles sont dédiées à la télémédecine.

Lorsqu’un médecin de famille estime que son patient doit bénéficier d’une consultation, il le réfère à un établissement du réseau local, le plus proche de son domicile. Le patient est alors accompagné d’une infirmière formée qui va assurer la liaison avec le spécialiste pouvant se trouver dans n’importe quelle autre ville de la province.

Télé-ophtalmologie

L’un des programmes financés et entrés dans la pratique courante concerne la télé-ophtalmologie. « Il s’agit d’un programme de prévention car, en Ontario, plus d’un million de personnes sont considérées comme étant à risque de développer un diabète mais ne sont pas identifiées », rapporte Cindy Morris, vice-présidente ressources humaines chez OTN (1).

Le patient se rend dans une structure du réseau, accompagné par une infirmière qui se sert de l’appareil pour faire le fond d’œil et transmettre les données à un ophtalmologue de l’Ontario.

S’auto-gérer

Un second programme concerne les télé-soins à domicile, pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque congestive et ceux atteint d’une maladie pulmonaire chronique. « L’objectif de ce programme clinique est de s’auto-gérer », indique Cindy Morris.

Le patient dispose, à son domicile, d’appareils lui permettant de prendre des données et de les transmettre à l’hôpital local. L’infirmière les reçoit et si elle constate un problème, elle appelle le patient pour savoir si sa routine a changé. Elle l’aide à gérer sa maladie chronique pour éviter un retour à l’hôpital, sauf en cas de problème. « Ces programmes ont permis de réduire de 66 % les admissions à l’hôpital », précise Cindy Morris.

Convaincre les médecins

« Actuellement, nous ne sommes pas encore satisfaits de nos résultats, car le potentiel est beaucoup plus important », poursuit-elle. « Pour les patients, l’usage de la télémédecine est acquis, ce sont surtout les médecins qui résistent car ils préfèrent ausculter le patient en personne. Notre challenge est de provoquer un changement dans la manière de dispenser les soins. »

D’autant plus que la télémédecine est entièrement prise en charge par le système de santé provincial. Pour les médecins hospitaliers, la réalisation de ces actes est incluse dans leur salaire. Concernant les praticiens en ville, ils doivent transmettre au service de santé un code spécifique indiquant le nombre de patients vus en consultation standard et ceux vus en télémédecine, leur permettant d’être payés en conséquence.

Claude Sicotte, professeur en Sciences de gestion, détaché en France à l’EHESP, titulaire de la Chaire de recherche EHESP, MNH-BFM, Prospective en santé

« Le défi de l’Ontario est d’intégrer la télémédecine à l’offre de soins traditionnelle »

« Le nord de l’Ontario est très peu peuplé par rapport au reste du territoire. Le contexte géographique et la distribution des structures de soins sur le territoire ont donc généré une demande pour innover dans la télémédecine. Des efforts ont donc été mis assez rapidement en place. Le succès tient notamment au fait que la province a créé une structure dédiée (OTN) pour proposer des soins de télémédecine à des populations éloignées ou défavorisées en couverture médicale. Cela permet d’assurer une dispensation rapide des soins. De plus, cette structure travaille à convaincre les équipes médicales d’ajouter la télémédecine à leur arsenal d’offre de soins. Le défi pour l’Ontario reste néanmoins de bien coordonner et intégrer la télémédecine à l’offre de soins traditionnelle afin que la continuité des soins offerts aux patients soit bonne et effective. »

Notes

Note 01 Une structure privée à but non lucratif financée par le ministère de la Santé, chargée de trouver des dispositifs novateurs pour mettre en place la transformation des soins de santé en télémédecine. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Ontario impulse un changement dans la manière de dispenser les soins

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement