logo
DOSSIER : Inondations : apprendre à prévenir et à gérer le risque
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/453467/inondations-quand-les-modeles-hydrologiques-prennent-leau/

RISQUES NATURELS
Inondations : quand les modèles hydrologiques prennent l’eau
Laurence Madoui | A la une | actus experts technique | France | Publié le 19/07/2016 | Mis à jour le 22/02/2019

Hors carte et hors calendrier : les crues de fin mai – début juin 2016 ont frappé des zones que l’on croyait à l’abri, à une période où le risque n’est en théorie plus de saison. Faudrait-il généraliser les plans de prévention du risque d’inondation à la quasi-totalité du territoire, comme le suggèrent les assureurs ?

Ce fut un beau coup de projecteur : l’éco-quartier de Romorantin (Loir-et-Cher), conçu comme une « cité fluviale », a vécu sans dommage la crue de la Sauldre, qui l’a « traversé comme un affluent temporaire », explique l’architecte Eric-Daniel Lacombe. Qui ne pensait pas « voir ça de (son) vivant ».

Les crues de fin mai – début juin 2016 sont hors norme  : une pluviométrie record, à une période où elle est déjà classiquement élevée dans le Centre et l’Ile-de-France  ; des débordements de petits cours d’eau, non inclus dans le réseau de surveillance Vigicrues – qui scrute en priorité les grands fleuves ; des évolutions rapides, à la crue comme à la décrue –censées être lentes sur ces bassins.

Un schéma jamais envisagé

« Avec le changement climatique, les crues arrivent quand on ne les attend pas, observe Jean-François Carenco, préfet d’Ile-de-France et préfet coordonnateur du bassin Seine-Normandie. Leur cinétique a en outre été plus rapide que d’habitude. » A Paris, « la Seine a pu ...

CHIFFRES CLES

Les crues de mai-juin dans le Centre et le Nord :

  • 1 milliard d’euros de dégâts environ (entre 0 ,9 et 1,4 millard, selon les premières estimations de l’Association française de l’assurance)
  • 861 communes reconnues en état de catastrophe naturelles
  • 75 % n’ayant pas fait l’objet d’un arrêté « catnat » depuis plus de 15 ans
  • 62 % sans sinistre répertorié sur la période 1995-2012
  • 54 % non concernées par un plan de prévention du risque d’inondation (PPRI), prescrit ou approuvé.
  • 70 % non concernées par un programme d’actions de prévention des inondations (PAPI). Les 30 % restantes sont couvertes par des PAPI de 1ère génération, aujourd’hui achevés.

Source : Lettre d’information de la Mission risques naturels, juin 2016


POUR ALLER PLUS LOIN