Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Risques naturels

Inondations : quand les modèles hydrologiques prennent l’eau

Publié le 19/07/2016 • Par Laurence Madoui • dans : A la une, actus experts technique, France

VIP Paris - 04-06-16 edson
Edson Najera
Hors carte et hors calendrier : les crues de fin mai – début juin 2016 ont frappé des zones que l’on croyait à l’abri, à une période où le risque n’est en théorie plus de saison. Faudrait-il généraliser les plans de prévention du risque d’inondation à la quasi-totalité du territoire, comme le suggèrent les assureurs ?

Ce fut un beau coup de projecteur : l’éco-quartier de Romorantin (Loir-et-Cher), conçu comme une « cité fluviale », a vécu sans dommage la crue de la Sauldre, qui l’a « traversé comme un affluent temporaire », explique l’architecte Eric-Daniel Lacombe. Qui ne pensait pas « voir ça de (son) vivant ».

Les crues de fin mai – début juin 2016 sont hors norme  : une pluviométrie record, à une période où elle est déjà classiquement élevée dans le Centre et l’Ile-de-France  ; des débordements de petits cours d’eau, non inclus dans le réseau de surveillance Vigicrues – qui scrute en priorité les grands fleuves ; des évolutions rapides, à la crue comme à la décrue –censées être lentes sur ces bassins.

Un schéma jamais envisagé

« Avec le changement climatique, les crues arrivent quand on ne les attend pas, observe Jean-François Carenco, préfet d’Ile-de-France et préfet coordonnateur du bassin Seine-Normandie. Leur cinétique a en outre été plus rapide que d’habitude. » A Paris, « la Seine a pu ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Inondations : quand les modèles hydrologiques prennent l’eau

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement