Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Tribune] Protection de l'enfance

L’évaluation sociale à des fins de contrôle est inacceptable

Publié le 13/03/2018 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Marc-Solé- ANAS
D.R.
Pour être pris en charge par la protection de l’enfance, la procédure vis-à-vis des jeunes étrangers se déclarant mineurs non accompagnés associe une "évaluation sociale" et, au besoin, une expertise médico-légale (tests osseux) dont la finalité est de vérifier leur âge si un doute persiste.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par Marc Sole, membre du conseil d’administration de l’Association nationale des assistants de service social (Anas)

Ce dispositif est inacceptable sur plusieurs points. Tout d’abord, nous nous alarmons du non-recueil du consentement éclairé préalable lors de l’utilisation des tests osseux, qui plus est en l’absence de fiabilité reconnue de ceux-ci.

À cela s’ajoutent l’engorgement des lieux d’hébergement et la durée de traitement des dossiers.

Ces éléments contribuent au non-respect des conditions indispensables pour accueillir et respecter la parole, la souffrance, la temporalité et la subjectivité des jeunes.

Pour les professionnels, c’est aussi la confusion entre accompagnement social et contrôle social par le détournement de la fonction de l’assistant de service social.

Enfin, la proposition de l’État d’assumer l’évaluation et l’hébergement d’urgence jusqu’à ce que le relais soit pris par le département n’apporte encore aucune garantie sur les conditions et les moyens nécessaires pour assurer le respect de la dignité de cette population.

L’évaluation sociale à des fins de contrôle est contraire aux finalités même de l’accompagnement social. Il en est de même pour la transmission d’un avis motivé pouvant porter atteinte à la personne.

En effet, l’article 15 du code de déontologie des assistants de service social stipule : « l’assistant de service social ne doit pas accepter d’intervenir ni de fournir des renseignements dans un but de contrôle ».

La procédure n’est par conséquent pas compatible avec le cadre éthique et déontologique de notre métier.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’évaluation sociale à des fins de contrôle est inacceptable

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement