Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Logement

La lutte contre les marchands de sommeil doit continuer

Publié le 11/07/2016 • Par Delphine Gerbeau • dans : Actu expert santé social, France

logement-insalubre
Gilles Klein / Flickr CC BY-SA 2.0
Les sénateurs Evelyne Yonnet- Salvator et Jean-Pierre Sueur ont présenté le 7 juillet une proposition de loi visant à durcir les sanctions envers les marchands de sommeil. Une nécessité, alors que l’afflux de migrants contribue à l’essor de cette exploitation de la misère.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après des années de signaux d’alerte lancés par les collectivités locales, l’appareil juridique de la lutte contre la lutte l’habitat indigne s’améliore doucement. Dernière étape en date, la loi ALUR du 24 mars 2014 est venue toiletter certaines procédures, créer le « permis de louer » ou des procédures adaptées pour le traitement des copropriétés dégradées. La lutte contre les marchands de sommeil progresse doucement, comme le notait en 2015 Sylvain Mathieu, le délégué interministériel à  l’hébergement et à  l’accès au logement, lors d’un colloque organisé sur le sujet.

A lire aussi

La lutte contre l’habitat indigne progresse, doucement

Mais sur le terrain, les communes particulièrement touchées continuent à voir se développer cette exploitation de la misère, appelée à  perdurer avec l’afflux de migrants réfugiés politiques ou climatiques. Elles peinent toujours à voir les procédures contentieuses aller jusqu’au ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La lutte contre les marchands de sommeil doit continuer

Votre e-mail ne sera pas publié

ratonus

12/07/2016 03h27

Il ne faut pas oublier les propriétaires qui louent de très petites surfaces, parfois inférieures à 9 m2, à des étudiants et ceci pour des sommes très élevées (500 à 700 € mensuels) notamment sur Paris. Pour eux, pas de sanction? Alors qu’ils sont faciles à repérer sur les sites d’annonces.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement