Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

R comme réforme

Publié le 12/03/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Kant distingue la réforme, entreprise par le souverain, et la révolution, réalisée par le peuple, deux moyens d’instaurer une société nouvelle. En politique, la réforme désigne un changement profond, sans violence, dans un cadre institutionnel existant. Humboldt préconise de ne l’accomplir qu’après l’avoir imposée dans l’esprit des citoyens.

Au début du XXe siècle, la gauche française oppose les réformistes, volontaires pour aménager le capitalisme, renforcer l’État-­providence et réguler le marché, et les révolutionnaires, partisans de l’abolition du marché et du capitalisme au profit d’un gouvernement populaire.

Le projet réformateur l’emporte avec l’avènement de l’État social, « l’instauration de la Sécurité sociale, le développement des services publics et des équipements collectifs et la mise en place du droit du travail », constate Gérard Mauger. La société devient salariale pour Robert Castel. Cette réforme-là se conforme aux premiers items du Littré : « du mieux dans un changement, la fin des abus ».

Depuis quelques années, le mot a changé de camp. L’opposition réforme/révolution a muté en une nouvelle dualité : réforme/rupture, voire disruption. Largement utilisé par la droite et les néolibéraux, ce nouveau lexique revendique une modernisation et une simplification, jugées inévitables en raison de la mondialisation et de l’apparition des technologies numériques, dans une société individualiste.

Il renvoie aux autres sens du dictionnaire : « la mise hors-service des effectifs, des chevaux ou des armes de l’armée, la diminution du nombre des employés d’une administration, et la réduction des dépenses », aujourd’hui publiques. La réforme s’accompagne d’un « fatalisme économique » et d’une remise en question de l’État-providence. Si elle est une « voie de transformation sociale », comme l’écrit Luc Vincenti, cette réforme-ci tiendra-t-elle sa promesse d’amélioration et de progrès ?

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

R comme réforme

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement