logo
DOSSIER : Voiture en ville : les collectivités reprennent la main
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/452230/il-faut-sortir-de-notre-dependance-a-la-voiture-individuelle/

MOBILITÉ
« Il faut sortir de notre dépendance à la voiture individuelle »
Nathalie Da Cruz | actus experts technique | France | Publié le 07/07/2016 | Mis à jour le 17/10/2017

Est-ce qu’une ville comme Lisbonne pourrait fonctionner en supprimant toutes les voitures individuelles et les bus, et en ne misant que sur le métro et des taxis et minibus partagés ? C’est l’objet d’une étude que vient de réaliser le Forum international des transports (FIT), qui fait partie de l'OCDE. Les avantages seraient multiples : coût des déplacements moins élevé, fin des embouteillages, pollution réduite, libération d'espace dans la ville... Mais politiquement, une telle conversion est-elle possible ? Entretien avec José Viegas, secrétaire général du FIT, ancien professeur de transports à l'université de Lisbonne, qui a supervisé l'étude.

Pourquoi avoir choisi un scenario mettant l’accent sur les taxis et minibus partagés ?

Je suis parti du constat que la ressource la moins utilisée, c’est l’espace dans une voiture individuelle. Combien d’ « autosolistes » croisons-nous tous les jours ? Quand nous cherchons un taxi, combien de véhicules avec un seul passager à bord nous passent sous le nez ? Il est vrai que lors de nos premiers « focus groups »(1) à Lisbonne en 2007, les gens se montraient frileux à l’idée de partager un véhicule avec des inconnus. Mais depuis l’avènement des smartphones et des applications mobile, on en sait plus sur la personne qui va partager le trajet avec nous : elle devient semi-anonyme. On pourrait donc recourir à des taxis partagés de 4 à 6 places.

Actuellement le taux moyen d’utilisation des bus, dans une grande ville européenne, est de 20 %. D’où l’idée complémentaire de remplacer les lignes de bus régulières par des minibus partagés, de 8 à ...

POUR ALLER PLUS LOIN