Société numérique

Le projet de loi pour une République Numérique fait faire un nouveau pas à l’open data

| Mis à jour le 13/07/2016
Par • Club : Club Techni.Cités

Réunis en CMP, députés et sénateurs ont fait franchir un nouveau pas à l’open data, en trouvant un accord sur le projet de loi République numérique défendu par Axelle Lemaire. L’ouverture des données publiques devient la règle, mais des limites persistent. Le texte encadre aussi les modalités de location de meublés touristiques par l’intermédiaire des plateformes type Airbnb.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’open data est affaire d’obstination, ses défenseurs doivent en prendre leur parti. L’ouverture des données publiques bouscule trop d’acteurs, de cultures, et de positions acquises pour s’installer simplement. Le projet de loi pour une République Numérique validé à l’issue d’une commission mixte paritaire le 29 juin, lui fait franchir un nouveau pas, important, mais toujours pas suffisant. Il ne sera donc pas le dernier.

Cette étape, après la loi Valter qui installait le principe de gratuité (avec d’importantes exceptions), organise l’ouverture par défaut des données publiques. Mais en excluant du périmètre les collectivités locales de moins de 3500 habitants. Si l’on entend que les plus petites collectivités disposent de peu de moyens pour ouvrir et publier leurs données, il est plus difficilement acceptable que cette exclusion fasse naître une transparence à deux vitesses.

Lire aussi :

Projet de loi Valter : un (tout) petit pas pour l’opendata

Le projet de loi franchit un autre pas important en créant des données de référence, qui relèvent d’une mission de service public. Il reconnaît ainsi l’importance de la production de ces données pour l’efficience et la performance de l’action publique. Mais, en en confiant la responsabilité au seul Etat, il ne fait que la moitié du chemin. Car l’Etat n’est pas le seul producteur de données « de référence », essentielles aux services rendus à la population. Là encore, il s’agit sans doute d’une étape, nécessaire pour calibrer la prochaine marche.

Lire aussi :

Ne regrettons pas le foisonnement législatif autour de l’open data

L’open ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Habitat indigne : les clés de l’action

    Conduire une action forte en matière de lutte contre l’habitat indigne requiert la mise en place d’un équilibre parfois complexe pour les communes, entre la mise en œuvre des procédures diversifiées et une action sociale ambitieuse d’accompagnement. La ...

  • Déchets diffus spécifiques : EcoDDS entretient la confusion

    Dans un courrier envoyé mercredi 13 mars aux collectivités, l’éco-organisme EcoDDS leur signifie son ré-agrément pour les six prochaines années et les invitent à signer un nouveau contrat. Plusieurs questions restent néanmoins en suspends. À commencer par la ...

  • « Il faut une ingénierie de proximité et de qualité », selon Pierre Jarlier, président du Cerema

    Le président du conseil d'administration du Cerema alerte notamment sur l'état de l'ingénierie territoriale dans les zones rurales au regard des compétences de plus en plus élargies de ces territoires. Entretien. ...

  • L’ingénierie territoriale en reconstruction

    Dans quel état se trouve l’ingénierie territoriale, notamment dans les zones rurales, alors que l’Agence nationale pour la cohésion des territoires ne finit pas de voir le jour ? La réorganisation institutionnelle territoriale a fortement ralenti la reprise des ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP