logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/447821/plan-de-sauvegarde-des-services-publics-grenoble-adopte-un-severe-plan-dausterite/

FINANCES LOCALES
« Plan de sauvegarde des services publics » : Grenoble adopte un sévère plan d’austérité
Séverine Cattiaux | Actu experts finances | Régions | Toute l'actu RH | Publié le 10/06/2016 | Mis à jour le 16/03/2017

La ville de Grenoble va réduire la voilure de ses services publics d’ici deux ans. Environ une centaine d’agents changera de service ou de métier, à la faveur de départs d’agents. Eric Piolle, le maire, a présenté son « plan de sauvegarde des services publics locaux » le 9 juin.

Suppression de trois bibliothèques de quartier, retrait des agents de la Ville de deux centres sociaux, un service santé scolaire qui réduit ses missions et ses effectifs, fermeture d’un Ehpad, etc.

Ce sont là quelques mesures du « plan de sauvegarde des services publics locaux » de la ville de Grenoble, qui en contient une centaine. Le plan présenté officiellement jeudi 9 juin, a été validé le 26 mai dernier par un comité de pilotage composé du DGS, d’une quarantaine de directeurs de service et de 42 élus.

« Ils se sont réunis à plusieurs reprises, ces six derniers mois (…) Tous les services publics sont impactés», indique François Langlois, DGS de la ville de Grenoble. L’objectif du plan ? Faire une économie dans les services de la ville, à hauteur de 14 millions d’euros sur les deux prochaines années. Par ailleurs, certaines mesures sont aussi des solutions permettant de dégager de nouvelles recettes : augmentation des entrées à la piscine, hausse des tarifs de la restauration scolaire, de stationnement, vente intensifiée de locaux appartenant à la Ville… »

Risque de « mise sous tutelle »

Selon l’équipe municipale, le plan vise d’abord à sortir la gestion de la ville de l’impasse financière dans laquelle elle se trouve. Ce jeudi 9 juin, devant la presse, le maire Eric Piolle (EELV) a déclaré : « On ne peut solvabiliser les choses jusqu’à ce qu’elles s’écroulent (…) Il faut se coltiner le réel. Nous avons les impôts les plus élevés parmi les plus grandes villes de France, et sommes au 5ème rang des grandes villes les plus endettées ». Sans oublier de souligner que son équipe a également trouvé à son arrivée « un niveau d’épargne en chute libre ».

Enfin, « la baisse inouïe des dotations aux collectivités », de moins 17 millions d’euros pour 2017 (1) a été le coup de grâce. « Ce plan permet d’écarter l’épée de Damoclès de la mise sous tutelle », affirme le maire. L’annonce du plan arrive à point nommé. La ville a reçu fin mai une lettre du Préfet, indiquant que Grenoble ...

CHIFFRES CLES

Effectifs

  • La Ville compte 2900 permanents, 1000 non permanents et 1000 agents au CCAS
  • Chaque année, environ 160 agents quittent, en moyenne, la Ville de Grenoble (la moitié pour motif de départ à la retraite, l’autre pour rejoindre d’autres collectivités.


POUR ALLER PLUS LOIN