Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Compteur communicant : Linky or not Linky ?

Publié le 09/09/2010 • Par Olivier Schneid • dans : France

Autorités concédantes et associations de consommateurs ont manifesté leur mécontentement après la publication au Journal officiel, le 2 septembre 2010, d’un décret anticipant au 31 décembre 2010 la fin de l’expérimentation du compteur électrique communicant Linky.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«On nous a roulés dans la farine depuis le début ; la concertation, c’était de la poudre aux yeux»…Le président du Syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire (SIEIL) Jean-Luc Dupont ne décolère pas depuis la publication d’un décret imposant à ERDF d’avoir achevé au 31 décembre 2010 la pose de 300.000 compteurs communicants Linky dans son département et dans l’agglomération lyonnaise. Ce terme « raccourcit la période d’expérimentation du compteur d’ERDF et acte sa généralisation avant même d’avoir pu tester ses fonctionnalités en grandeur nature », poursuit-il.
En précisant « ne pas contester le principe d’un compteur communicant » mais « s’interroger sur la valeur ajoutée pour l’usager, alors que c’est lui qui paiera ». Tonalité similaire du côté des organisations de consommateurs UFC Que Choisir et la CLCV.

A la Commission de régulation de l’énergie (CRE), on se félicite de la sortie d’un décret « qui valide la démarche d’un compteur évolué », en se déclarant quand même « surpris » que le texte gouvernemental « ne prenne pas en compte la prolongation des tests préconisée par le régulateur jusqu’au 31 mars 2011 pour couvrir la période de pointe hivernale en janvier et février ».

Petit arrangement entre amis ?

Au ministère de l’Ecologie, un conseiller de Jean-Louis Borloo vante les mérites d’un compteur français appelé à devenir « un grand acteur de la compétition internationale sur les réseaux intelligents ». Il évoque « la création d’une filière industrielle et des emplois à la clé ».  Et qualifie « d’absurde » le discours – notamment des collectivités locales – opposant financement du projet Linky et modernisation du réseau de distribution d’électricité, en manque notoire d’investissement : « Il faut faire les deux », clame-t-il.

Chez ERDF, on rappelle qu’une directive impose la pose de compteurs communicants et on assure qu’il n’y aura pas de dérapage dans le coût global de l’opération, que la filiale d’EDF estime toujours entre 4 et 5 milliards d’euros.

« Il ne faudrait pas que le choix de ce compteur résulte d’un petit arrangement entre amis », résume un protagoniste du dossier, pourtant favorable au projet Linky…

6 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Compteur communicant : Linky or not Linky ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Alpicois

10/09/2010 08h32

C’est bien Borloo qui voit loin et qui a raison. Comment lier la course au « smart » aux résultats d’une expérimentation ? Que Linky fonctionne en 6 mois ou 1 an, de toute façon, il faudra des compteurs de ce type, pour tout un tas de raisons dont le développement des smart grids. Alors autant le dire tout de suite, pour donner de la visibilité aux industriels et permettre à la filière française de bien se placer dans cette course planétaire. Pour le reste, « l’intendance suivra » ; c’est l’objectif de l’expérimentation Linky non pas de le prouver (on sait poser des compteurs et construire un SI en France !) mais de le mettre en oeuvre.

Sam's

11/09/2010 03h27

Oui, on peut alors se demander pourquoi, seul le commpteur Linky est en lice (?!).
Pourtant, la nouvelle Directive 2009/73/CE, qui a été adoptée en juillet 2009 et qui prévoit (sans que ce point ait donné lieu à un réel débat public) que :

« Les États membres veillent à la mise en place de systèmes intelligents de mesure qui favorisent la participation active des consommateurs au marché de la fourniture d’électricité. La mise en place de tels systèmes peut être subordonnée à une évaluation économique à long terme de l’ensemble des coûts et des bénéfices pour le marché et pour le consommateur, pris individuellement, ou à une étude déterminant quel modèle de compteurs intelligents est le plus rationnel économiquement et le moins coûteux et quel calendrier peut être envisagé pour leur distribution ».

Le compteur Linky est commercialisé par le Sté Atos Origin dirigée par Thierry Breton, ancien ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, ex Président Directeur général de France Telecom et semble tirer profit de ses anciennes fonctions, en passant outre la Directive 2009/73/CE qui prévoit (sans que ce point ait donné lieu à un réel débat public) que :
« Les États membres veillent à la mise en place de systèmes intelligents de mesure qui favorisent la participation active des consommateurs au marché de la fourniture d’électricité. »

Mais Atos Origin n’en reste pas là en créant Atos WorldGrid (http://www.atosorigin.com/en-us/Newsroom/fr-fr/Communiques_presse/2010/2010_07_30_01.htm) dans le domaine des Smart Energy et Utilities – nucléaire, électricité, oil & gas et de l’eau et lance ces services Smart Mobility (http://www.fr.atosorigin.com/fr-fr/nos_activites/solutions/smart_mobility/smart_mobility_animation/default.htm) en créant son Incubateur par une nouvelle suite logicielle internet via les Smarts. Ces derniers visent plus particulièrement quatre familles d’utilisateurs : les clients, les citoyens, le personnel des entreprises et les communautés. Toute la société va devenir Smart à une vitesse hallucinante ne laissant aucun répit au législateur pour réguler les nouvelles avancées technologiques.

Un lobby “pro-compteurs intelligents” s’est bien constitué au niveau européen et il a pignon sur rue : le European Smart Metering Industry Group, qui “travaille à accélérer l’adoption des compteurs intelligents en Europe” (ESMIG compte aujourd’hui une vingtaine de membres dont les fournisseurs de modules radio Cinterion, Sagem Communications, Telit et Wavecom, et les fabricants de compteurs Actaris, Diehl, EMH, Hager, Iskraemeco, Janz, Landis Gyr et Siemens. http://www.esmig.eu). Ce lobby est manifestement très actif et très efficace ! Et son influence au niveau européen est d’autant plus grande que ce niveau de pouvoir fonctionne sans connexion réelle avec les opinions publiques nationales.

C’est la raison pour laquelle, aucun répit ne sera donné aux associations de défenses des consommateurs, le rouleau compresseur du déploiement de cette technologie est en route.

Les enjeux financiers sont colossaux et se chiffrent en dizaine de milliards d’euros.

criki 47

27/11/2010 11h39

Vous avez parfaitement raison votre exposé est complet.hormis qu’il manque les objectifs non avoués par les distributeurs, qui pour leur part pourront facturés le prix de laKwh suivant un modèle qui sera le suivant:
Au prix de base de la Kwh sera ajouté l’éloignement du point de production, et surtout les besoins d’énergie qui seront différents selon la région, la période, et l’heure il sera facile pour les distributeurs de facturer le prix de l’énergie suivant les critères définis comme cités

Alors puisse que on parle de concurrence pourquoi les collectivités comme les inter communautés ne pourraient pas devenir distributeur d’énergie locale à savoir des Poweo bis

jane

14/09/2010 12h35

Le Parlement fait le choix de passer outre les recommandations sur la durée de l’expérimentation de ces compteurs communiquant. OK. Mais qui paiera la facture en bout de course si le coût initial évalué par ERDF est dépassé? Si quelques réglages suplémentaires sont nécessaires et qu’ils nécessitent 1 ou 2 milliards de plus?

Sam's

15/09/2010 05h48

Le coût du compteur à 120€ par abonné est sous estimé !
Reprenant les calculs, la FNCCR estime son coût à plus de 8 milliards d’€.
Par rapport à « l’enveloppe initiale de 4 à 5 milliards d’euros que nous trouvions déjà élevée », en raison notamment de retards dans le déploiement, le coût global serait « au niveau national de 7 à 8 milliards d’euros ». Or, « 8 à 10 milliards, c’est ce que nous estimons, nous, nécessaires à la sécurisation de nos réseaux ».
http://www.energie2007.fr/actualites/fiche/2724

La CRE va encore beaucoup plus loin :

“Si on intègre les systèmes de mesure, d’information et de communication, le coût du réseau intelligent français dans son ensemble s’élèverait à 450 euros par utilisateur”, selon Cécile George de la CRE. La facture totale atteindrait donc 15 milliards d’euros, sur plusieurs décades. L’expert en déduit que le “déploiement à grande échelle devra se faire à un rythme financièrement soutenable pour les consommateurs”.
http://www.lenouveleconomiste.fr/2010/03/30/dev-durable-lintelligence-partout/

Ce qui ferait près de 50€ par an et par usager pendant 10 ans, soit 4€ par mois.
Les économies d’énergie annoncées par ErDF et pouvant être réalisées par le consommateur seront englouties par le coût du nouveau compteur !
C’est évidemment sans compter les hausses des tarifs par la dérégulation et le passage au Turpe 3 :
En plus des 3,4% de hausse sur le TURPE (au 1er août), le gouvernement vient d’annoncer une évolution des tarifs réglementés de vente de l’électricité de 3,4% (ici au15 août) qui n’ont rien à voir avec les 3,4% de la hausse du TURPE, entretenant la confusion sur ces deux postes de dépenses pourtant bien distincts.
http://www.energie2007.fr/actualites/fiche/2822/evolution_des_tarifs_reglementes_de_vente_de_l_electricite.html

Pour les ménages, l’augmentation moyenne des tarifs sera non pas de 3 % mais de 4, 5 voir plus de 6%, taxes en sus !

stan

08/11/2010 04h03

Je ne vois pas d’avantage pour le client. Tous les avantages sont pour
ERDF (‘meilleure rentabilité)
Conclusion logique = ERDF doit prendre en charge ce compteur

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement