Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Fin de service à minuit pour la police municipale toulousaine

Publié le 08/09/2010 • Par Laurence Lafosse • dans : Actu prévention sécurité, Régions

La mairie de Toulouse a décidé d’arrêter le service de nuit des policiers municipaux depuis le 6 septembre 2010. Les agents conserveront néanmoins une prime pour le service effectué en soirée.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Depuis le 6 septembre, les policiers municipaux toulousains ont cessé les rondes de nuit.
La décision avait été votée le 28 mai 2010 en conseil municipal pour permettre une meilleure répartition des tâches entre police nationale et police municipale, et un redéploiement des effectifs sur les équipes de police de proximité dans les quartiers.
Les patrouilles nocturnes sont néanmoins maintenues en soirée. « Nous mettons en place la même organisation que la plupart des grandes villes de France, et Il n’y a pas de baisse des effectifs », explique Jean-Pierre Havrin élu toulousain en charge de la sécurité.
Depuis dix-huit mois la municipalité a recentré l’action de la police municipale sur la prévention. Des équipes de police de proximité ont été créées, rattachées à chacun des huit quartiers toulousains.
En parallèle , « l’office de la tranquillité » , plate-forme d’appel fonctionnant 24 heures sur 24 est chargée de prévenir les incivilités, les troubles à l’ordre public et les problèmes de voisinage.

Promesse d’une prime forfaitaire pour le service en soirée

Pour compenser la perte de sur-tarification des heures de nuit, les policiers municipaux qui conservent leur arme de quatrième catégorie entre 19h30 heures et minuit, ont obtenu la promesse d’une prime forfaitaire pour le service en soirée, dont le contenu n’a pas été encore spécifié. Cette mesure négociée avec les syndicats a permis un bon accueil de l’arrêt des rondes de nuit par les policiers municipaux toulousains.

L’opposition et son chef de file, l’ancien maire Jean-Luc Moudenc (UMP) qui a instauré les rondes de nuit à Toulouse en 2004, conteste la mesure et invite les toulousains à le rejoindre sur une page spécialement dédiée sur Facebook.

Thèmes abordés

Régions

2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fin de service à minuit pour la police municipale toulousaine

Votre e-mail ne sera pas publié

zeck

09/09/2010 01h36

Sans me prononcer sur le fond de cet article, je ne trouve pas judicieux du point de vue de la neutralité de l’information, de mettre un lien direct sur une page Facebook à visée politique.
D’autant que sur le fond, j’ai l’impression que la décision des nouveaux élus n’est pas mauvaise….

Romain Mazon

09/09/2010 03h52

Bonjour

votre position nous interpelle, car n’est-il pas normal, du point de vue de la neutralité de l’information, de signaler que l’opposition municipale agit contre la décision de la mairie ? Et de préciser quel est son moyen d’action ? De plus, sur le net, ce moyen d’action peut être relié à l’article, pour enrichir l’information, le lecteur restant libre de cliquer, ou pas, sur le lien. Il en va de même pour les pétitions en ligne lancées par tel ou tel acteur. A partir du moment où l’information est donnée, indiquer où on peut la trouver sur le net nous paraît aller de soi, au risque d’appauvrir l’article qui la mentionne.

Cordialement
Romain Mazon
Rédacteur en chef délégué web

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement