Gestion de l'eau

Retenues d’eau : stop ou encore ?

Par • Club : Club Techni.Cités

La gestion quantitative de l’eau reste un sujet délicat en France. En particulier lorsqu’on parle d’irrigation agricole. Pour juger de l’impact cumulé des retenues d’eau sur le milieu aquatique, une expertise scientifique est en cours. Les premiers résultats sont présentés ce jeudi 19 mai. En arrière plan, se pose aussi la question de leur financement par les collectivités et de l’adaptation des pratiques agricoles.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’ombre du décès tragique de Rémi Fraisse, lors d’une manifestation contre le barrage de Sivens dans le Tarn en octobre 2014, plane toujours au-dessus des projets de stockage d’eau. Les tensions avec le monde agricole restent très palpables. Difficile d’avoir des informations dans ce contexte, nos interlocuteurs sont sur la défensive.

Mais tous sont d’accord sur un point : l’expertise scientifique collective (Esco) sur l’impact cumulé des retenues d’eau est très attendue. Coordonnée par Irstea, avec l’appui de l’Onema et de l’Inra, les résultats sont présentés le 19 mai à Paris.

Toujours de nouvelles demandes

L’objectif de ces retenues est de stocker l’eau en hiver, quand elle est abondante, pour pouvoir l’utiliser l’été en période de sécheresse. Pourtant, force est de constater, que la construction de ces retenues (ni celle de barrages plus conséquents) n’a pas permis de résoudre les problèmes d’étiage. Aujourd’hui, ces créations soulèvent de nombreuses questions, en particulier dans les zones très équipées où les ressources en eau sont déjà très mobilisées.

à lire aussi
Prélèvements d’eau : La création de réserves pour l’irrigation fait des vagues

Les études environnementales doivent pouvoir évaluer les impacts cumulés avant d’autoriser de nouvelles retenues. Or, ces effets sont difficiles à appréhender.

Les bureaux d’études, comme les services de l’Etat, manquent d’outils méthodologiques pour instruire les demandes qui continuent à affluer : en Lot-et-Garonne par exemple on en compte 216 depuis 2011. Sur ce ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

21/05/2016 05h02 - sirius

Créer une retenue collinaire peut se concevoir avec une précaution élémentaire :l’aménager ,non pas sur le cours d’eau mais sur une dérivation.
Mais cette simple mesure semble difficile à faire admettre par le monde agricole .

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP