Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Conservation du patrimoine

Le maire de Lens brave les monuments historiques

Publié le 01/09/2010 • Par Olivier Ducuing • dans : Régions

Après avoir délibérément lancé la démolition d'un logement à Lens, classé sur la liste des monuments historiques, le maire a reçu sans surprise, un procès-verbal du conservateur des monuments historiques. De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais vient de prendre un arrêté de mise en demeure d'arrêter les travaux de démolition.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le maire de Lens, Guy Delcourt a reçu lors de la dernière semaine d’août 2010 un procès verbal du conservateur des monuments historiques pour démolition illégale et dégradation de biens protégés. Motif ? Le maire de Lens avait délibérément autorisé le 19 août la démolition d’un logement de la cité minière 12/14, passant outre son inscription sur la liste des monuments historiques, dans le cadre de la candidature de l’ancien bassin minier au patrimoine mondial de l’Unesco.
La maison concernée est l’ancien logement du directeur de l’école voisine Jean-Macé.
L’élu, lui-même très engagé dans le projet Bassin Minier Unesco, voulait mettre en cause par ce bras de fer spectaculaire « le diktat des fonctionnaires de l’Etat qui s’autorisent à décider à la place des élus locaux ».
Le maire justifie sa décision par le fait que la cité 12/14 n’a bénéficié d’aucune réhabilitation importante depuis 20 ans et que les bâtiments concernés n’avaient aucun caractère exceptionnel. Le classement va en outre entraver la réalisation de logements neufs. Guy Delcourt est particulièrement remonté contre les Batiments de France: «Je considère que mes services municipaux sont humiliés par l’architecte des bâtiments de France », lance-t-il dans la Voix du Nord.

Après l’adoption par la préfecture du Pas-de-Calais d’un arrêté de mise en demeure d’arrêter les travaux de démolition, la municipalité, qui juge la situation « ubuesque », a néanmoins obtempéré. Non sans laisser à l’Etat la charge de la protection du site.

Régions

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maire de Lens brave les monuments historiques

Votre e-mail ne sera pas publié

dominique

02/09/2010 02h53

ABF décideur et pas payeur !
telle est leur devise à ces dictateurs de l’architecture… et en plus, ils prennent des honoraires exorbitants ???

Martin

03/09/2010 10h43

Pardonnez-moi mais l’ABF, autrement Architecte des Bâtiments de France est un agent du ministère de la culture, il ne « prend » pas d’honoraires… C’est un architecte spécialisé dans la conservation du patrimoine, recruté au terme d’un concours particulièrement difficile, qui exerce au sein du Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine. Il représente l’état, et défend les intérêts du patrimoine national ; le maire est soumis à des intérêts politiques et électoralistes et n’a aucune formation en matière d’urbanisme et d’architecture. Laissons chacun faire son travail !

sorlac

03/09/2010 08h30

Pas tout à fait exact, ils s’arrangent parfois pour que les travaux se fassent par des entreprises qu’ils cooptent ou peuvent avoir une activité libérale qui les amènent à intervenir directement

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement